Poster un nouveau sujet Répondre au sujet Aller à la page : 1, 2  Suivant

 + I've made diner for you (willow)

Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Dim 13 Avr - 17:50

Willow & Callum


Dix huit heures. Dix huit heures trente. Dix neuf heures. Dix neuf heures trente. Vingt heures. J’abandonne. Après deux heures à attendre, j’abandonne enfin.

Ce matin, je me suis levé tôt, une grosse journée m’attendait. J’avais des répétitions jusqu’à midi , ensuite j’avais ma séance chez le psychiatre et pour finir il fallait que je me grouille d’aller faire des courses et de rentrer chez moi pour préparer à manger car oui, ce soir j’allais mettre les petits plats dans les grands pour Willow. Autant dire, que je n’ai pas chômé de la journée. Les répétitions se sont bien placées, même si celle qui joue de la guitare dans ma classe est plutôt mauvaise… J’aurais préféré qu’on me laisse cet instrument mais bon, vu qu’il n’y a aucun batteur… J’ai pas vraiment le choix. Après, mon rendez-vous chez le Docteur Karling s’est également bien passé. Je lui ai parlé de mes progrès avec Willow et le fait que je me sentais de plus en plus à l’aise avec cette relation. Même si j’avais l’impression d’être le seul à tirer sur la corde. Et après être sorti du supermarché BIO, je suis rentré en toute hâte, sur mon skate pour me mettre derrière les fourneaux.

Je n’ai pas fait les choses à moitié. En entrée : mousse de crevettes avec avocat et tomates sucrées… En plat principal : filet d’agneau, sauce vodka avec de la purée de pomme de terre et en dessert, gâteau de crêpes aux couleurs de l’arc-en-ciel. Le tout avec une bouteille de vin français même si je n’ai pas l’âge et que je ne m’y connais absolument rien. Le vendeur m’a dit que c’était bon, alors ça le sera certainement.

Tout était planifié pour qu’on passe une bonne soirée, que les deux. J’avais tiré les rideaux de mon studio, la lumière n’était pas aveuglante, j’avais mis un artiste chantant avec sa guitare comme fond de musique… Il ne manquait qu’un détail : Willow. Il avait plus de deux heures de retard et très rapidement, ma conversation avec mon psychiatre me revint en tête. Peut-être que dans le fond, il n’y avait vraiment qu’une personne qui tirait à cette corde. Peut-être qu’il n’y a que moi qui me donne dans cette relation… Pourtant, Will a quand même l’air heureux avec moi.

Quoi qu’il en soit, après deux heures à attendre comme un abruti, mes assiettes sont froides et je suis vraiment pire qu’en colère. Comme si je redevenais le Callum qui passe sont temps à détester tout le monde et à éviter tout contact avec les autres. J’ouvre violemment la poubelle sous l’évier et m’apprête à tout jeter lorsque j’entends la porte de mon studio s’ouvrir. Sauf que je ne me retourne même pas même si je me doute qui ça peut être étant donné qu’il est le seul à avoir le double de clés de mon petit un pièce. « Y a plus rien à manger, tu peux rentrer chez toi. »

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Dim 13 Avr - 18:08

La journée n’était pas très chargée pour Willow, en fait il n’avait pas beaucoup de cours si bien qu’il avait pu passer la journée à son appart’ pour travailler un peu ses morceaux. Il adorait apprendre de nouvelles mélodies si bien qu’il pouvait y passer des heures, c’était le seul endroit où il pouvait jouer sans qu’une oreille indiscrète ne vienne l’écouter et où il ne risquait pas d’être critiqué. Bon, en fait personne ne le critiquait vraiment lorsqu’il jouait quelques instants à la fac entre deux cours car sans se vanter il jouait plutôt bien mais il avait toujours cette peur tapie au fond de lui, celle que Callum avait insinué en son être en le traitant pendant des années comme un moins que rien. D’ailleurs il avait rendez-vous avec lui pour le repas du soir, son copain lui avait dit qu’il s’occupait du repas ce qui avait suffi à piquer sa curiosité ; malgré ça il avait vu là une occasion en or pour débuter sa petite vengeance. Dit comme ça, on pouvait aisément prendre Willow pour le dernier des enfoirés à poser délibérément un lapin à son petit ami qui se donnait sûrement un mal fou pour préparer cette soirée. Mais à ses yeux tout ce qu’il pourrait faire ne ferait jamais souffrir suffisamment Callum, il ne souffrirait jamais comme lui avait souffert .. il avait quand même voulu en finir avec la vie à cause de lui ! D’ailleurs ce petit incident de parcours, il lui semblait qu’il était passé inaperçu aux yeux du jeune homme car ce dernier ne lui en avait jamais parlé, il n’avait peut-être même pas fait le rapprochement … Et puis pourquoi ça lui importait tant que ça d’avoir des excuses ? Il ne pourrait jamais être bien avec lui, tomber amoureux tout ça … Il y avait trop de ressenti et de colère en lui. C’est donc sans le moindre scrupule qu’il laissa filer les heures, dépassant de près d’une heure et demie l’horaire fixé pour le rendez-vous avant de se décider à se préparer. Il enfila un jean clair et une chemise à carreau avant de se coiffer en vitesse pour finalement se rendre chez le jeune homme, son portable en poche il n’avait pas pris la peine d’ouvrir les messages qu’il avait reçus. Grâce au double des clés dont il disposait, Will’ pénétra sans encombre dans le petit studio de son petit ami ; à peine avait-il refermé la porte qu’il l’entendit le renvoyer chez lui d’une voix froide. Il s’y était attendu pour tout dire et se contenta d’échapper un soupir las, remettant le double des clés dans la poche de sa veste qu’il retira pour la déposer sur le porte-manteau « J’ai été retenu j’ai pas eu le temps de te prévenir, un cours de guitare qui a traîné. » fit-il en prenant un air contrit, s’approchant de quelques pas pour voir qu’il était occupé à mettre le repas qu’il avait préparé à la poubelle. Willow resta silencieux quelques secondes, il avait quand même un peu faim en fait « Oh ça va, fais pas la tronche … c’est pas comme si j’avais à me faire pardonner. Y’a un bout de chemin avant qu’on soit quitte. » lâcha-t-il en haussant un sourcil, s’appuyant contre le mur d’une épaule en croisant les bras sur son torse. Il n’y avait qu’avec Callum qu’il prenait autant d’assurance et il aimait lui rappeler sans se gêner qu’il lui avait pourri la vie pendant trop longtemps.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Lun 14 Avr - 6:13

Willow & Callum


Notre relation avec Willow revient de loin, de très loin même. A vrai dire, au début on était vraiment pas amis. Je lui menais la vie dure, je l’emmerdais dès que je le croisais dans les couloirs du lycée et je ne me gênais pas pour l’humilier et lui faire du mal. Une époque de ma vie que je regrette amèrement car depuis que j’ai pu gouter au bonheur que c’est d’être en couple avec le blondinet, je me rends vraiment compte à quel point j’étais aveugle de croire que j’allais me sentir mieux en le martyrisant. Je ne me cherche pas d’excuses mais quand je suis arrivée en Australie, il a fallu que je m’adapte à tellement de choses : le climat n’avait rien avoir avec celui que je connaissais en Irlande, le système scolaire était également bien différent et Sydney est une bien plus grande ville que Dublin même si cette dernière est considérée comme la capitale du pays vert. Mais par-dessus tout, il a fallu que je m’habitude aux traitements de l’hôpital psychiatrique, il a fallu que je vive avec le fait que j’avais vu mon ex petit ami à la morgue et surtout que moi aussi je risquai le même châtiment que lui si j’avouais à voix haute être homosexuelle. N’oublions pas que l’Irlande est un pays ravagé par des guerres de religions et qu’avoir un enfant hors mariage ou ne pas avoir les mêmes préférences sexuelles que les autres sont vraiment très mal vus. Au début, quand je suis arrivé ici, je me suis caché derrière des relations hétérosexuelle et quand j’ai vu que Willow était clairement homosexuel, j’ai tout fait pour le repousser, pour m’empêcher de craquer pour lui, même si c’était déjà trop tard et malheureusement, la seule chose qu’on trouve à faire dans ce genre de situations, lorsqu’on veut se protéger c’est de s’en prendre à la personne concernée. Comme si je lui faisais payer mon homosexualité alors qu’ici, à Sydney, il n’y a aucun mal à préférer les hommes. J’ai mis très long à le comprendre et aujourd’hui encore, j’ai parfois du mal à m’afficher tel que je suis. J’ai encore de vieilles habitudes qui remontent mais j’essaie d’y faire face pour qu’on puisse être un couple normal, voir heureux. Enfin… J’essaie mais apparemment ça ne suffit pas à Willow. Je ne lui ai jamais parlé de ce que j’ai vécu à Dublin parce que je n’ai pas envie de me trouver des excuses car ce que je lui ai fait n’est vraiment pas excusable. D’ailleurs, il me le répète bien assez souvent. Il ne se gêne pas pour me le faire remarquer une nouvelle fois alors qu’il vient d’arriver chez moi avec deux heures de retard. Je commence à croire qu’il est méchant avec moi pour me faire payer et dans le fond, je ne pourrai pas lui en vouloir mais j’aimerais qu’il voit mes efforts et surtout qu’il comprenne à quel point je m’en veux et que je ne recommencerai plus. Sauf qu’au lieu de ça, il me lance des pics, il fait tout pour que je me sente coupable… En entendant sa dernière réplique, je ne pu m’empêcher de balancer l’assiette que je venais de vider dans la poubelle, dans l’évier. Celle-ci se fracassa en plusieurs morceaux, mon cœur avec. D’un pas précipité, je m’approchais de Willow, pointant mon doigt sur son torse bien que je sois beaucoup plus petit que lui. « Maintenant ça suffit Willow. Je sais que tu m’en veux, je sais que tu m’en voudras d’ailleurs toute ta vie. Tu m’en veux tellement que tu ne vois même pas tout ce que je fais pour toi, tout ce que je fais pour me racheter et te montrer à quel point je suis sincère. J’en ai marre d’être le seul à s’impliquer dans cette relation. Tu penses avoir vécu l’enfer mais crois-moi ce que je t’ai fait c’est rien comparé à ce que j’ai vécu avant d’arriver ici. » Je suis à bout de souffle, comme si j’avais fait le marathon. Je ne le quitte pas du regard avant de soupirer et de me retourner pour reprendre une assiette et la vider dans la poubelle. « Tu peux dégager Willow. J’veux plus te voir ici. » dis-je la gorge serrée, lutant pour que les larmes contenues depuis deux heures ne se déversent pas sur mes joues comme une gonzesse.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Lun 14 Avr - 12:04

Willow s'en foutait d'arriver avec deux heures de retard chez son petit ami, du moins il savait que ça ne se faisait pas et probablement qu'avec quelqu'un d'autre il ne se serait jamais permis un tel retard, mais Callum méritait au moins ça après le calvaire qu'il lui avait fait vivre au lycée. Willow n'était pas rancunier à l'origine mais avec lui il l'était ; il y avait trop de ressentiments pour qu'il puisse se donner pleinement dans leur relation, d'ailleurs c'était Call' qui s'investissait le plus entre eux. En arrivant, il vit son petit ami jeter le contenu des assiettes qu'il s'était sans doute donné beaucoup de mal à préparé et malgré lui il ne pu s'empêcher de se sentir coupable ; le jeune homme avait prit du temps pour leur offrir une belle soirée et lui il faisait tout foirer délibérément. Il se contenta de se remémorer toutes ces fois où il l'avait humilié publiquement pour se dire qu'il avait bien le droit d'être infect de temps en temps. Son excuse tenait à peine la route et il se dépêcha d'ajouter qu'il y avait encore un bout de chemin à parcourir avant qu'ils soient quittes sur le plan des crasses qu'ils pouvaient se faire l'un l'autre. Sa remarque ne sembla d'ailleurs pas du tout plaire à Callum qui envoya valser l'assiette qu'il tenait dans l'évier ; celle-ci se fracassa en plusieurs morceaux et le bruit ne manqua pas de faire sursauter Willow. En quelques instants ce dernier fut ramené au self, lorsque Call' prenait un malin plaisir à renverser son assiette juste pour le plaisir de le voir obligé de tout nettoyer. Ces mêmes souvenirs s'envolèrent lorsque son copain s'approcha pour pointer un index accusateur sur son torse, l'accusant de nombre de choses mais il avait aussi raison et ça Will' ne pouvait le nier même si il le voulait ; il resta donc silencieux, retenant son souffle jusqu'à ce qu'il eut finit de parler. Alors il s'écarta de lui pour le contourner, lui intimant de foutre le camp car il ne voulait plus le voir chez lui ; pendant quelques secondes Willow laissa son regard traîner sur les débris de l'assiette qui gisait dans l'évier avant de faire volte-face « Call' attends ... » commença-t-il alors que sa voix s'était soudainement adoucie, n'ayant plus rien à voir avec celle qu'il avait employé pour se montrer méchant avec son petit ami, déjà il se reconnaissait bien davantage mais il savait qu'à se montrer trop gentil, trop … lui avec Callum, il risquait sa peau « Je m'excuse d'être arrivé en retard, vraiment. Et j'suis désolé d'avoir dit ça, d'accord ? » fit-il en fixant le jeune homme dont les yeux brillaient étrangement, le voir si mal lui serrait le cœur car malgré toute la rancœur qu'il nourrissait contre lui, il ne pouvait s'empêcher d'avoir envie de le voir heureux avec lui ; de lui prouver qu'il n'était pas le moins que rien qu'il pensait lorsqu'ils étaient au lycée. Que contrairement à lui, il avait un cœur. En fait il aurait aimé être incapable de lui en vouloir mais c'était pas le cas et malgré ça il avait quand même envie de le voir sourire .. cette situation devenait vraiment trop compliquée pour lui.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mer 16 Avr - 5:40

Willow & Callum


J’ai longtemps laissé couler, je me suis souvent dit « laisse lui le temps », j’ai vraiment essayé d’être patient, de ne pas lui tenir rigueur de cet air détaché qu’il avait constamment lorsqu’on marchait les deux, du fait qu’il m’ignorait complètement si je ne faisais pas le premier pas. Mais tout ça c’est finit. Ce soir, c’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. J’en avais marre de lui chercher des excuses. Le passé c’est le passé. Si moi j’arrive à oublier Emery quelques heures, il devrait être amplement capable d’oublier ce que je lui ai fait subir lorsque nous étions au lycée. Je me suis donné beaucoup de mal pour nous préparer ce repas ; toutes mes économines sont passées dans l’achat des produits, j’ai pris du temps pour tout peler, préparer alors que j’ai des devoirs en retard pour l’université, je me suis même entaillé l’index et il gâchait tout. Comme si tout ça n’était rien, comme si ce n’était pas important. J’ai fini de lui pardonner son manque d’implication. Je ne suis pas con non plus, ce soir j’ai bien compris qu’il avait fait exprès d’arriver avec deux heures de retard. Il a délibérément manqué l’heure de notre rendez-vous et j’en ai pleinement conscience même s’il essaie de s’en sortir avec une excuse minable. Le pire c’est qu’il me sait tellement accroché que je vais faire comme si de rien était et que je vais lui pardonner une nouvelle fois. Mais là, non. Il a été trop loin et je suis tellement en colère que j’en viens à le faire sursauter en balançant une assiette dans l’évier et en lui demandant de quitter mon studio. Le fait qu’il reste silencieux pendant mes accusations confirmaient toutes mes craintes. Willow savait qu’il avait tord et surtout qu’il était grillé. Je me défoule en vidant une deuxième assiette dans la poubelle, même si j’ai surtout envie de pleurer en voyant la nourriture finir à la poubelle. Je suis quelqu’un de sensible, qui fait attention à la nature et à ce qui m’entoure, je n’aime pas jeter de la nourriture qui m’a couté cher et qui pourrait servir à des personnes vivant dans la rue. Mais je n’ai même pas le courage de tout garder pour ammener dans une quelconque association. J’ai juste envie que Willow se barre, de me fumer une cigarette et d’aller me coucher. Cette soirée était un désastre, cette vie en Australie ne valait pas mieux que celle en Irlande et surtout, ma pseudo relation avec Willow était inexistante. C’était juste moi, qui était amoureux et qui était en couple avec un fantôme, avec un figurant de film. La voix de Willow se fit extrêmement douce tout d’un coup, mais je ne m’arrête pas pour autant. « J’veux que tu te casses Will. » J’entends les excuses du jeune homme dans mon dos, mais je ne suis pas sûr d’en vouloir. Ma gorge se serre et malgré tout je relève un regard brillant vers lui. Je pose tout ce que j’ai dans les mains et m’appuie sur l’évier de la cuisine. « Ecoute… Je sais que ce que je t’ai fait subir c’était sûrement pire que l’enfer. Je m’en veux, je te le répète et je te le montre tous les jours. Mais j’ai pas l’impression que tu veux le voir. » Je retiens la bile dans ma gorge de remonter encore plus au souvenir douloureux de tout ce que j’ai pu faire à Willow en arrivant à Syndey. C’est une partie de ma vie que je n’aime pas. C’était juste après la mort d’Emery et j’étais perdu, complètement démuni. « J’aimerais vraiment que tu parles Willow. J’ai pas envie de faire des efforts dans le vide. J’ai compris ; tu ne peux pas me pardonner, tu ne peux pas oublier. Alors pars. Je n’ai pas envie d’une relation qui va à sens unique et pleine de rancœurs. » Je préfère autant qu’il me quitte plutôt de continuer comme ça.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mer 16 Avr - 8:34

Willow s’était comporté comme l’un de ces parfaits connards qu’il avait toujours détesté et il en était conscient ; d’ailleurs si il n’avait pas été si occupé à ruminer sa rancœur il s’en serait probablement rendu compte plus tôt et serait arrivé en courant à ce rendez-vous en s’excuser lamentablement d’être ce qu’il était. Callum semblait dévasté par cette histoire, ce retard délibéré … Il n’avait pas compris pourquoi au début, après tout ce n’était qu’un repas ! Mais il avait finit par voir l’évidence bien qu’il la connaisse déjà ; le jeune homme était le plus attaché des deux et alors qu’il aurait voulu lui faire vivre au moins la moitié de ce qu’il avait enduré au lycée, il était incapable de voir les larmes au coin de ses yeux en restant de marbre. Willow essaya d’interpeller son petit ami mais ce dernier insista pour le voir partir, malgré ça il ne se démonte pas et insiste pour s’excuser ; il fait surtout ça pour ne pas se retrouver avec un petit ami qui fait la tronche mais quelque part il a besoin de le faire aussi pour sa propre conscience. Callum lui en voulait, il le sentait et ça lui faisait de la peine de le voir comme ça ; il s’était donné un mal de chien pour faire ce repas et lui il avait tout foutu en l’air en arrivant en retard de deux heures, prétextant un cours de guitare qui avait trainé alors qu’il voulait juste le faire souffrir, se venger. Mais ce n’était pas vraiment lui, même s’il lui en voulait il n’était pas ce genre de personnes mais il s’était fait une promesse et commençait à se demander si il allait vraiment pouvoir la tenir … Le blondinet le laissa parler sans trop chercher à l’interrompre, se sentant de plus en plus coupable à chaque mot qu’il prononçait ; à nouveau il insista pour le voir partir mais ça, Willow n’était pas décidé à le faire. Il avança alors vers son petit ami, ne pouvant que constater les larmes qui perlaient au coin de ses yeux et se vit prononcer des mots auxquels il n’aurait jamais pensé deux mois plus tôt, au début de leur relation « J’vais pas partir. » commença-t-il en encadrant le visage du jeune homme avec ses mains, plantant son regard dans le siens « J’vais pas partir parce que je m’en veux d’avoir été un sale con et que j’aime pas te voir comme ça, et pourtant Dieu sait le nombre de fois où j’ai rêvé de te voir chialer au lycée. » fit-il en esquissant un sourire timide, repensant à toutes ces fois où il avait rêvé de le voir s’étaler par terre ou se faire humilier à sa place par d’autres, mais ce n’était jamais arrivé malheureusement « Mais pas cette fois, j’ai pas envie que ce soit à cause de moi. » termina-t-il en glissa tendrement une main dans ses cheveux puis sur sa nuque, l’approchant un peu plus de lui pour déposer un léger baiser au coin de ses lèvres. Il ne put qu’en savourer le goût et se sentit terriblement stupide de ne pas être arrivé à l’heure pour pouvoir en profiter plus longtemps « Je suis désolé Call’. »
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Ven 18 Avr - 6:48

Willow & Callum


Willow est un garçon adorable, vraiment tendre et attachant. Je lui ai fait subir des humiliations, des moqueries, il a même sûrement été blessé physiquement plusieurs fois à cause de moi, j’en ai plainement conscience et il m’a fallu trois ans de thérapie pour le comprendre, pour ouvrir les yeux sur la situation mais ce qu’il me faisait depuis qu’on était ensembles, c’était pas lui. S’il était une cible facile à l’époque c’est bien parce qu’il n’y a aucune once de méchanceté chez lui, je ne l’ai jamais vu en colère, agressif et c’est aussi ce qui me fait réaliser ce soir qu’il n’est pas lui même. Pourquoi ? Sûrement parce que des deux, il est le moins accroché. Ce qui me peine beaucoup car c’est comme si au fond, depuis deux mois, il n’y en avait qu’un des deux qui s’attachait de plus en plus et je n’ai pas vraiment envie de se genre de relation. Je ne veux pas le laisser continuer à me faire du mal comme ça. C’est peut-être pas volontaire, après tout, je ne peux pas le forcer à m’aimer mais il n’a pas le droit de jouer avec mes sentiments par pure… Vengence ? Est-ce que c’est ça qu’il cherche à faire ? Se venger de ce que j’ai pu lui faire ressentir ces trois dernières années ? Willow n’est pas un de ces connards… Je ne comprends pas pourquoi tout d’un coup il sera devenu aussi méchant et manipulateur…

Quoi qu’il en soit, il faut qu’il parte de chez moi. Je suis blessé, j’ai envie de chialer comme un gosse et je ne veux pas qu’il reste pour en savouer la victoire. Seulement, il ne semble pas du même avis, j’insiste, ignorant ses excuses bidons – tout comme notre relation – et je lui fais savoir ce que je ressens. Je lui demande une nouvelle fois de partir, mais Willow s’avance vers moi. J’ai un mouvement de recul mais c’est trop tard, il a déjà encadré mon visage de ses mains. J’essaie d’éviter son regard, regardant de droite à gauche pour faire « sécher » ces larmes qui commencent à perler aux coins de mes yeux. Je ne veux pas le voir jubiler d’avoir réussi à me faire chialer comme une gonzesse. Pour la deuxième fois, il me fait savoir qu’il ne partira pas et je m’écoute pas ses excuses. Je n’en veux pas. Non non non. J’essaie de me débattre entre ses mains mais tout d’un coup je sens quelque chose de chaud au coin de mes lèvres. Je m’immobilise, posant mes mains sur ses avants bras, soufflant contre sa bouche toute la tension que j’avais en moi jusqu’à présent. J’ai l’impression qu’un courant électrique est en train de traverser chacune de mes veines, chacune de mes extrémités. Il n’y a que lui qui arrive à me faire ressentir ça. Il s’excuse à nouveau et j’ouvre les yeux pour constater dans son regard qu’il a vraiment l’air sincère. Cette fois. Mais j’en sais rien, je sais pas si c’est une bonne idée. Je refuse d’être le plus attaché des deux. Je veux qu’on partage quelque chose… « Je sais pas Will… J’ai l’impression que tu as accepté d’être avec moi juste pour me faire plaisir. Ou un truc dans le genre. J’ai pas l’impression qu’on partage quoi que ce soit depuis deux mois… » J’appuie un peu sur ses avants bras pour qu’il me lâche et je me retourne vers le four de ma cuisine pour sortir le plat en verre qui contient encore une bonne partie du repas que j’avais prévu. « J’ai pas envie d’être le seul à me donner du mal. Tu vois bien que je ne suis plus ce connard que tu as connu y a trois ans… »


Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Ven 18 Avr - 12:15

Lorsque Willow avait accepté de sortir avec son ancien bourreau, il avait un plan bien précis en tête mais plus le temps passait plus il se demandait si il allait pouvoir le mettre à exécution. Callum n'était plus du tout la même personne que l'être abominable et diabolique qu'il avait connu au lycée ; il était doux, gentil, attentionné et le blondinet commençait à se demander si il allait vraiment pouvoir tenir la promesse qu'il s'était faite deux mois auparavant. Son plan avait été minutieusement pensé, chaque détail avait été longuement réfléchis et il était certain de ne pas s'attacher à la personne qui l'avait tant fait souffrir, alors pourquoi se sentait-il si mal à le traiter ainsi ? Callum était au bord des larmes et lui intimait de s'en aller, de foutre le camp sans plus attendre et qu'il ne voulait plus le voir si c'était pour être traité comme ça. Willow n'avait jamais été quelqu'un de méchant et il ne se reconnaissait pas dans son comportement si bien qu'il était tout simplement incapable de quitter l'appartement sans tenter au moins d'arrondir les angles. Ainsi, il s'approcha de son petit ami pour s'excuser à nouveau, encadrant son visage de ses mains malgré les gestes désordonnés qu'il esquissait pour se débattre, en vain, Willow n'était pas décidé à le laisser partir. Pour appuyer ses paroles il va même jusqu'à déposer un baiser au coin de ses lèvres, espérant ainsi qu'il daignerait l'écouter même si il ne le méritait pas ..  Les mains qu'il avait posé sur ses avant-bras un peu plus tôt l'incitaient à le lâcher ; il laissa alors retomber ses bras le long de son corps pendant que Callum allait sortir du four ce qu'il restait du plat qu'il avait cuisiné « Je sais ... » soupira-t-il en le regardant quelques secondes supplémentaires avant de s'approcher, glissant timidement sa main dans son dos pour finalement entourer ses hanches et attirer son attention. Son autre main glissait sur sa joue qu'il se mit à caresser avec une tendresse étonnante, cette fois il laissait de côté le rôle qu'il avait choisit d'endosser en acceptant de sortir avec Call' malgré tout ce qu'il lui avait fait auparavant. Ce n'était pas simple en vérité car la rancœur était tout de même bien présente et parfois il ne pouvait s'empêcher de lui asséner quelques remarques désobligeantes mais au final il s'en voulait toujours par la suite sans accepter de l'admettre. « J'ai pas envie qu'on se sépare juste parce que je suis pas foutu d'arriver à tourner la page comme ça ... » le blondinet l'observa quelques instants, il était bien conscient que pour son petit ami c'était trop, il avait provoqué la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase et si il voulait le garder il allait devoir faire de nombreuses concessions. Son regard se pose finalement sur le plat qu'il avait posé sur a cuisinière et qui lui rappelait qu'il n'avait rien mangé de la soirée « En plus ce que t'as préparé à l'air super bon. »
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 6:40

Willow & Callum


Lorsque je suis arrivé en Australie et que pour la première fois, mon regard a croisé le visage de Willow, j’ai tout de suite vu à quel point c’était quelqu’un d’innofensif, qui ne serait même pas capable de faire du mal à une mouche. Par esprit de protection, je m’en suis pris à lui. Mais plus le temps passait, plus je m’attachais à ce visage d’ange et à sa manière de se protéger sans pour autant s’énerver en retour. J’ai craqué pour un garçon intimidé, doté d’une bonté incalculable, d’un sourire que je ne voyais que trop rarement… Je suis tombé amoureux d’un être gentil et doux. Mais cette personne a disparu. Ce soir, il me le prouve une nouvelle fois même si j’avais déjà clairement deviné ces deux derniers mois. Willow n’est plus ce garçon inimidé, rougissant pour n’importe quelles occasion. Le garçon que j’ai en face de moi s’en fiche, il fait exprès d’arriver en retard, il marche les mains dans les poches lorsque nous sommes ensembles, il me parle à peine… Je sais que je suis en grande partie fautif de ce changement de comportement mais moi même j’ai changé grâce à ma thérapie. Je lui ai montré ma vraie facette, celui qui sait être tendre et attentionné. Qui a envie de câlins, qui cuisine pour son homme… Celui qui ne râle pas parce qu’ils n’ont toujours pas finit au lit alors qu’il en meurt clairement d’envie… Je me suis racheté auprès de Willow et maintenant, c’est lui qui mène les rennes, c’est lui qui me fait pleurer et qui me fait mal…

On récolte ce que l’on sème. Après tout, je ne peux m’en prendre qu’à moi même. Willow a souffert à cause de moi et maintenant c’est à moi de souffrir. Seulement… Je n’ai pas envie d’une relation de ce genre. Je veux qu’on puisse se pardonner nos erreurs, qu’on puisse aller de l’avant. Je n’ai que dix neuf ans mais j’ai envie de quelque chose de sérieux, de sincère avec lui. Je n’ai pas envie qu’on joue les adolescents à se battre sans cesse. On est plus ou moins matures, on se débrouille tous seuls pour payer notre loyer et quand même assurer en cours… Je veux pas que ma vie sentimentale soit un chaos comme elle a pu l’être avec Emery…

Alors que je suis en train de sortir le plat du four, Willow s’approche de moi et pose une main dans mon dos. Mon manque d’affection se fait tout de suite ressentir par une fine chaire de poule le long de ma colone vértébrale. Je ne peux pas faire autrement que plonger mon regard dans ces yeux azur qui me font totalement craquer… En entendant ses paroles, mon cœur semble se décrocher dans ma poitrine. Il n’a pas envie qu’on se sépare parce qu’il n’arrive pas à tourner la page. Est-ce que c’est sa manière d’admettre qu’il n’arrive pas à me faire confiance et que c’est pour ça qu’il est rude avec moi ? Est-ce qu’il m’avoue que malgré tout, il ne veut pas non plus que tout s’arrête entre nous ? Je hoche timidement la tête, vaincu. J’essaie de lire dans les yeux de Willow pour voir s’il est sincère. Je n’ai pas envie qu’il se moque de moi et que je marche comme un bleu pour qu’il puisse me briser plus tard. Mais je crois qu’il est sincère… J’espère du moins… Je rends donc les armes pour ce soir et tourne également la tête vers le plat en verre que je viens de poser sur la cuisinière. Il veut quand même manger ce que j’ai préparé et il est presque pardonné. Je baisse néanmoins les yeux. « Va t’asseoir… Je réchauffe le plat. » dis-je sans lui accorder un autre regard, me tournant vers le plat pour le remettre au four et programmer celui-ci pour qu’il chauffe la moindre. Je débarrasse l’évier des débris d’assiette et jette les morceaux à la poubelle avant de me laver les mains pour ressortir deux assiettes et les services. Je pose le tout sur la tablette qui me sert de table à manger, évitant toujours soigneusement de croiser le regard de Willow. Non pas par méchanceté ou par colère, mais parce que je suis encore trop triste de toute cette histoire pour oser le regarder avec mes yeux rougis.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 12:31

Callum méritait ce qu'il lui infligeait, du moins il tentait de s'en convaincre, de se dire que oui ; il méritait qu'il se venge et qu'il lui fasse endurer tout ça. Son mauvais caractère, sa mauvaise humeur forcée, ces piques blessantes … Mais sa conscience le rappelait à l'ordre, il au fond il n'avait jamais été ce gars méchant, volontairement blessant. Il détestait ce type de personnes d'ailleurs et les évitait le plus possible mais il se comportait comme eux avec Call' et finissait toujours par s'en vouloir sans pour autant s'excuser par la suite. La plupart du temps il se contentait de faire comme si il ne s'était rien passé et son petit ami laisser couler mais pas cette fois, cette fois c'était de trop, cette fois Callum n'allait pas laisser passer. Les larmes perlaient au coin de ses yeux sans qu'il ne s'autorise à les laisser couler et Willow s'en voulait de lui avoir fait du mal, jusque là ça l'avait toujours plus ou moins amusé, disons qu'il trouvait ça parfaitement légitime mais sans comprendre pourquoi il refusait qu'ils se séparent. Sans vraiment s'en rendre compte il s'était attaché à lui, il l'appréciait à chaque fois un peu plus et découvrait des facettes de sa personnalité dont il n'aurait jamais soupçonné l'existence au lycée. Le jeune homme semblait comprendre qu'il refusait qu'ils se séparent parce que lui, il était incapable de tourner la page dans l'immédiat, il se contentait d'ailleurs de hocher la tête d'un air résigné. C'est alors d'une voix timide que Call' lui propose d'aller s'asseoir pendant qu'il réchauffe le plat et c'est en silence que Willow s'exécute ; il n'a pas envie de le brusquer et préfère le laisser un peu tranquille car il ne peut que constater que son petit ami n'a aucune envie de le regarder en face pour le moment. Le silence est pesant mais Will' le comprend et ne bronche pas une seule fois, il se contente de suivre son homme du regard pendant que ce dernier s'affaire à mettre le repas dans leurs assiettes. Avec deux heures de retard ils allaient enfin se mettre à table, Willow mourrait de faim et se maudissait silencieusement de lui avoir presque posé un lapin et ce en toute connaissance de cause. Cependant le jeune homme commençait à se sentir oppressé par ce silence qui durait encore et encore, il se met alors à chercher un sujet de discussion, préférant passer à autre chose plutôt que de continuer à s'expliquer sur ses maladresses répétitives « Tu voudrais qu'on se regarde un film après ? » finit-il par demander en attaquant son assiette, le plat s'avérait être délicieux ; le blondinet ne pouvait que le savourer et regretter encore plus ce faux pas qu'il avait commis « C'est délicieux Call'. » admit-il en souriant avant d'en prendre une autre bouchée, trop heureux de profiter d'un bon repas même si le contexte n'était pas parfait. Rares étaient les moments où le jeune homme désirait passer du temps avec son petit ami, du moins où il en prenait l'initiative mais plus rares encore étaient les fois où il lui faisait des compliments. Pourtant ce soir il n'avait pas à se forcer et cherchait vraiment à se rattraper, préférant se dire qu'il n'était pas comme ça, que ce comportement qu'il avait eu jusqu'à maintenant, ce n'était pas lui. Il n'était pas comme Callum avait pu être au lycée, il valait mieux que ça et il devait se le prouver et le montrer au jeune homme.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 14:57

Willow & Callum


Willow ne dit rien et alla s’asseoir sur un des deux tabourets de bar face à la tablette. J’étais encore trop blessé pour entamer une quelconque conversation et malgré la facilité avec laquelle il arrive à m’énerver, pour une fois, il comprend qu’il faut me laisser dans mon coin. Quand je suis comme ça, quand on me blesse, que je suis triste ou en core, il faut me laisser tranquille le temps de digérer. Ca ne prend jamais très long, parfois même pas une journée mais il faut me laisser respirer sinon ça ne ferait que rajouter de l’huile sur le feu et je crois que ce soir on a vraiment atteint la limite en matière de dispute. Je ne voulais pas lancer une assiette dans l’évier, je ne voulais pas avoir les larmes aux yeux mais cette fois je n’ai pas pu laisser couler. Pour finir, j’ai vraiment eu l’impression de faire des efforts pour rien et que Willow n’essayait même pas de le voir.

Je finis de réchauffer l’entrée puis le plat que j’avais préparé et sers de nos deux assiettes sur la tablette. Je me hisse sur le tabouret et commence à manger silencieusement. Ce n’est pas trop mal. Je ne suis pas un cordon bleu, je n’ai pas l’habitude de cuisiner mais il faut dire que j’ai plutôt bien réussi et que mon entrée est parfaitement assaissonée. Je reste encore un peu silencieux, même si la nourriture commence à me dérider. Il ne manquera plus qu’une clope pour faire disparaître toute l’amertume que je peux encore avoir en moi et ça sera bon. Sauf que Willow en a décidé autrement. Du coin de l’œil, je le vois manger de bon appétit et ça me fait quand même un peu plaisir qu’il ne râle pas par rapport à un aliment ou une cuisson. Il ne vaudrait mieux pas qu’il fasse un commentaire sinon cette fois je le ferais sortir de chez moi à coups de pieds au cul. Cul parfait d’ailleurs soit dit en passant. Même si au début je ne peux pas m’empêcher de fermer les yeux en entendant le son de sa voix, ce que Willow me dit me fait redresser la tête vers son beau visage. Ce n’est jamais lui qui propose quelque chose. En temps normal, il aurait mangé, on aurait fumé une clope et il serait parti. C’est toujours à moi d’insister pour qu’on aille marcher un peu ou pour quelques câlins qu’il refuse en général… Mais là, ce soir, c’est lui qui propose un film. Je suis un peu déconcerté, si bien qu’il me faudra quelques secondes pour me rendre compte qu’il attend une réponse. « Hum oui on peut. Enfin une série ça dure moins long. Il ne faudrait pas que tu rentres trop tard… » Nous n’avons jamais dormi ensembles. Willow finissait toujours pas rentrer chez lui même si j’insistai pour passer la nuit ensembles. Je ne m’attends pas à ce qu’il fasse autant d’efforts. Je sais bien qu’il a compris qu’il avait quelque chose à se faire pardonner mais ne poussons pas trop. Le but n’est pas qu’il se braque. Non mais vous m’entendez ? Il m’a blessé, il a joué de moi et je suis encore en train de le protéger et d’aller dans son sens… Des fois je me fais pitié à moi même d’être autant amoureux…

Le jeune homme m’offrit un compliment sur le repas ainsi qu’un sourire qui me fit intérieurement fondre même si d’apparence, je me contentais de lui rendre son sourire, bien qu’un peu plus triste. « Heureusement que ma maman m’a toujours dit que c’était meilleur réchauffé. » Je joue un peu avec la nourriture dans mon assiette avec le bout de ma fourchette avant de tout finir et de me lever pour débarrasser une fois que le blondinet eut lui aussi terminé de manger. Je le laisse évoluer seul, ne voulant pas lui donner des ordres ou quoi que ce soit alors je m’approche de la fenêtre et l’entre ouvre pour laisser s’échapper la fumée de la cigarette que je viens de m’allumer. Mon regard se perd un peu dans la ruelle au-dessus de ma fenêtre.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 15:25

Le repas est délicieux, ce qui ne fait que culpabiliser un peu plus Willow ; d’ailleurs de longues minutes de silence passent entre les deux garçons avant que le blondinet ne prennent la parole pour lui proposer de regarder un film ensemble après avoir mangé. Sa proposition semble surprendre Call’ qui met un temps à répondre ; il comprend sans mal pourquoi, d’habitude il ne propose jamais rien qu’ils pourraient faire ensemble. En fait c’est toujours son petit ami qui lui propose des sorties, des moments à deux … Qu’il refusait les trois quart du temps, dans l’optique de le blesser et de lui faire du mal évidemment. Au fond de lui, il rêvait de ces moments à deux, de pouvoir le tenir dans ses bras sans avoir à se forcer à le repousser ou le recaler ; il en avait sans doute un peu marre d’être le méchant de l’histoire « Oui … Oui, bien sûr. » répondit Willow un peu désarçonné. Evidemment Call’ ne le mettait pas dehors car c’était toujours lui qui partait avant l’heure du coucher mais que ça vienne de lui … ça lui faisait bizarre, ça sonnait mal, comme si il le mettait dehors. Pourtant Will’ doutait que ce soit réellement dans ses envies de le voir partir comme à son habitude ce soir, alors qu’ils venaient d’essuyer leur première vraie dispute. Le repas se déroula sans autre accrochage, le blondinet complimentant tout de même son homme sur ses talents de cuisinier et même si sa réponse sonnait à ses oreilles comme un reproche camouflé, il ne lui en tint pas rigueur et l’aida à débarrasser la table lorsqu’ils eurent finis. Callum alla ouvrir la fenêtre pour fumer tranquillement une cigarette pendant que Will cherchait une série acceptable à regarder dans le journal télé ; son regard se leva toutefois vers son petit ami qui lui tournait le dos. Ainsi il ne put que le détailler en silence, sans même qu’il ne s’en rende compte, son corps parfait, sa chute de reins exquise et ses fesses … Ça lui faisait penser qu’ils n’avaient toujours pas sauté le pas tous les deux, à cause de lui d’ailleurs. Will’ secoua la tête pour chasser ses pensées ainsi que les images qui affluaient dans son esprit, il se leva et s’approcha de Call’ pour entourer son ventre de ses bras, collant son torse contre son dos. Il était un peu plus grand que lui mais ça ne lui importait franchement pas, pour une fois il laissait de côté le masque du grand méchant pour être celui qu’il était vraiment ; quelqu’un de doux et attentionné, tendre aussi et il voulait que Call’ profite de ce côté de sa personnalité qu’il ne lui montrait que trop rarement « En fait j’me disais … à moins que ton amant ait à te rejoindre dans la soirée, je pourrais peut-être occuper la place vide de ton lit … pour une fois. » fit-il en souriant légèrement, refusant de relâcher son étreinte et déposa même un baiser à l’angle de sa mâchoire. C’était tellement agréable de le sentir tout contre lui, de pouvoir le serrer dans ses bras … Il s’en était privé pendant trop longtemps et le regrettait. Il appréhendait déjà la réponse de son petit ami ; peut-être qu’il refuserait et lui dirait de rentrer chez lui après le comportement qu’il avait eu, peut-être qu’il n’avait plus envie de l’avoir dans son lit … Il se retrouvait soudain à imaginer qu’il pourrait le perdre et malgré le fait qu’il tentait de se raisonner, cette perspective l’effrayait.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 16:09

Willow & Callum


Willow m’avait habitué à certaines choses, comme le fait qu’il ne restait jamais dormir chez moi, qu’on ne s’embrassait jamais plus de quelques secondes et que nos câlins ne duraient pas plus longtemps. Il m’avait habitué au fait qu’il essayait d’écourter nos moments ensembles, qu’il ne me tenait jamais la main en public et qu’il ne cherchait pas à me voir. Il m’avait habitué à toutes ces petites choses qui commençaient vraiment à me fatiguer, surtout ce soir à vrai dire en grande partie à cause de la dispute que nous avons eue. Et tout d’un coup, j’ai l’impression d’avoir un autre Willow en face de moi. Une fois qu’il a compris que je suis vraiment blessé et que je n’en peux plus de cette relation qui va que dans un sens, il semble redevenir le garçon qui m’a fait craquer, celui qui parle doucement, qui va jusqu’à proposer de passer la soirée un peu plus longtemps ensembles… C’est ce que j’ai toujours voulu de lui, j’ai toujours attendu qu’il fasse lui le premier pas, qu’il soit un peu plus tendre et plus câlins. J’en ai besoin, j’ai envie de me sentir en sécurité, de me sentir aimé après tant d’années à m’interdire toutes relations à cause de mes préférences sexuelles et de la mort d’Emery. J’ai besoin de savoir que c’est bien, que je fais des progrès et que tout ça n’est pas en vain… Et en venant me serrer contre lui comme il vient de le faire alors que je suis en train de fumer ma cigarette à la fenêtre, j’ai l’impression d’avoir toutes ces envies réunies en même temps. Mon corps entier se met à frissonner en sentant son corps contre le mien. Je me sens chez moi, j’ai l’impression qu’on m’enlève un poids des épaules et de pouvoir respirer à nouveau. Je souffle la fumée que j’ai dans la bouche et pose ma cigarette sur le rebord de la fenêtre pour pouvoir poser mes bras sur les sienes et profiter quelques secondes de cette étreinte. Comment c’est possible de me mettre autant en colère au point d’en avoir les larmes aux yeux et de me faire sentir serein à peine une heure plus tard ? Mon regard se pose sur le reflet de la fenêtre et je ne peux pas m’empêcher de rougir en souriant timidement en nous voyant comme ça. Comme un vrai couple. J’ai toujours cette petite voix dans ma tête qui me dit de ne plus marcher, de me méfier et de ne pas trop prendre toute cette soudaine attention comme garantie. Si ça se trouve, il fait semblant, si ça se trouve, il se moque de toi, il veut juste te faire souffrir… Pourtant, sa question fait chavirer mon cœur sans que je ne puisse le retenir. Je me mords la lèvre inférieure avant de me retourner pour faire face au jeune homme, croisant mes bras derrière sa nuque étant donné qu’il est bien plus grand que moi. « Je peux envoyer un message à mon amant pour lui dire de ne pas venir ce soir. Je serais occupé. » Je souris malicieusement avant d’hésiter quelques secondes. J’ai envie de l’embrasser, mais le problème c’est que j’en voudrais plus et je n’ai pas franchement envie que mon humeur plus légère retombe à cause d’un énième refus. Mais s’il est venu vers moi de cette manière, s’il m’a doucement pris dans ses bras et déposé ce baiser sur ma joue, c’est peut-être que le contact physique ne le gênerait pas ce soir… Au diable toutes ces questions qui se bousculent dans ma tête. S’il doit me repousser, il le fera et je me contenterai d’un film et de le savoir près de moi dans mon lit cette nuit. J’approche mon visage du sien, testant tout de même les limites, allant jusqu’à frôler ses lèvres avec les miennes… Willow semble plutôt réceptif, du moins il ne me demande pas d’arrêter et il ne s’écarte pas de moi. Je finis par faire disparaître l’espace entre nos bouches pour l’embrasser tendrement, mes doigts jouant avec les quelques mèches blondes trop longues de sa nuque.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 20:16

Willow était un garçon très doux et gentil, il ne s’en était jamais caché et c’était à cause de sa façon d’être qu’il était devenu la risée du lycée, trop gentil, trop con … Il se faisait avoir à chaque fois que quelqu’un se montrait agréable avec lui pour obtenir quelque chose et l’envoyer chier ensuite. Il s’était fait avoir tellement de fois, encore et encore, et pourtant il continuait d’essayer de croire que quelqu’un pourrait vraiment s’intéresser à lui. Callum avait été de ceux qui avaient profité de sa gentillesse, qui l’avait détruit au fil du temps, alors lorsqu’il était venu le voir pour lui demander pardon, lui expliquer qu’il voulait une chance pour eux ; il ne l’avait tout simplement pas cru. Après le lycée Willow s’était battu contre ses vieux démons et s’était affirmé si bien qu’il avait fait courir le jeune homme pendant un moment avant d’accepter qu’ils aient leur chance, même si c’était par un simple désir de vengeance. Au fil du temps il avait découvert un garçon doux, gentil, qui faisait de nombreux efforts pour eux, pour qu’ils se voient mais lui freinait des quatre fers à chaque fois ; il se rendait bien compte que ce n’était plus la même personne qu’il avait en face de lui et qu’il pourrait bien tomber amoureux du gars qu’il découvrait. Et ça, il ne le voulait pas, il le refusait parce qu’il lui en voulait trop, il le détestait pour ce qu’il lui avait fait endurer car à cause de lui il en était venu à détester la vie et à vouloir en finir … Bien sûr il l’ignorait, pour lui il avait juste été absent pendant quelques temps et lorsqu’il était revenu, tout avait recommencé. Mais il lui avait fait du mal ce soir, il l’avait blessé comme jamais et c’en était trop pour Callum qui énonçait la possibilité qu’ils se séparent si leur relation n’était qu’à sens unique. Peut-être que pour Will’ c’était une sorte de déclic, une menace qu’il devait entendre pour se rendre compte du comportement odieux qu’il avait depuis qu’ils étaient ensemble ; il n’avait jamais été lui-même depuis le début de leur relation alors retirer enfin ce masque qu’il portait lui faisait un bien fou. Il était venu enlacer son petit ami qui fumait à la fenêtre ; lui ne fumait pas, ou que très rarement et la plupart du temps il observait de loin Call’ tirer sur sa cigarette. Mais cette fois il était venu le rejoindre et l’avait enlacé pour profiter d’une étreinte tendre et innocente, ce qu’ils ne partageaient que trop rarement parce qu’à chaque fois le blondinet y mettait fin prématurément ; Willow lui expliqua alors – en faisant une pointe d’humour – qu’il envisageait de rester pour la nuit si il en était d’accord. Cette décision semblait surprendre son petit ami qui mit quelques secondes à réagir avant de se tourner vers lui, glissant ses mains sur sa nuque alors que celles de Will s’installaient sur ses hanches « Oui, tu peux faire ça. » fit-il en esquissant un sourire, son regard planté dans le sien alors qu’il le voyait se rapprocher de lui, secondes après secondes. Leurs lèvres vinrent à se frôler, s’effleurant délicieusement pour finalement finir dans un baiser plus franc ; c’est naturellement que Willow remonta sa main droite dans le cou de son petit ami, geste qu’il se surprit lui-même à faire mais qu’il ne regrettait pas et qui rendait l’instant encore plus agréable. Pour la première fois, ils se retrouvaient à partager un baiser qu’il désirait tous les deux car jusque-là, le blondinet n’avait pas montré grand intérêt pour des gestes de tendresse à l’égard de son petit ami mais il était décidé à faire des efforts pour ne plus voir les larmes perler au coin de ses yeux. Lorsque leurs lèvres se séparèrent au bout de quelques instants, les joues de Willow avaient considérablement rougies si bien qu'il baissa les yeux, soudain gêné et timide « On devrait se poser devant un film ... » souffla-t-il alors qu'il sentait un chaleur étouffante prendre possession de lui.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 20:41

Willow & Callum


Je pense avoir prouvé plus d'une fois à Willow que je ne suis plus cet adolescent perdu et chagriné que j'étais lorsque nous nous sommes rencontrés. J'essaie de lui montrer chaque jour qui je suis vraiment et surtout que j'essaie de me rattraper en étant doux et attentif. Je n'ai même pas à me forcer... A vrai dire, lorsqu'il a accepté qu'on se donne une chance, j'ai cru que j'étais devenu une grosse guimauve rose tellement j'étais ravi de pouvoir tenter l'expérience avec lui. Surtout après tout ce que je lui avais fait subir, c'était vraiment une belle chance, une revanche, un moyen de lui montrer qu'en réalité je tiens vraiment à lui. Bien sur, avec le temps, j'ai compris qu'il ne pensait pas vraiment la même chose que moi et c'est à bout de force que j'ai explosé ce soir. J'aimerais qu'on puisse repartir sur de bonnes bases, qu'on puisse faire un minimum table rase du passé et qu'on essaie vraiment d'être heureux tout les deux. Même si pour l'instant, ça semble plutôt difficile, j'ai pas envie de baisser les bras. Il n'y a qu'à voir tout ce que Willow a fait depuis tout à l'heure. Il a compris qu'il fallait me laisser tranquille, il m'a complimenté à propos de ma cuisine, il n'a pas voulu partir et abandonner notre relation, il m'a embrassé, pris contre lui et là il se laisse embrasser. Il ne m'en faudra pas plus d'une minute pour m'enflammer. Depuis le temps que je rêvais d'un vrai baiser avec lui. Pour l'instant, c'était souvent forcé. Il ne me le disait pas, mais je le voyais très bien qu'il faisait tout pour éviter ce genre de situation, qu'il ne voulait pas m'embrasser. Pourtant, cette fois, ses lèvres se mouvent contre les miennes, il pose sa main sur ma nuque et je peux clairement le sentir aussi fébrile que moi. C'est la première fois que ça arrive et j'ai l'impression que je vais à nouveau me transformer en une guimauve d'une seconde à l'autre. Je m'accroche un peu plus à sa nuque, collant mon corps au sien alors que je le sens s'écarter de moi. Déjà? Pourtant, en regardant son visage, tout semblait me dire le contraire. Je crois qu'aucun de nous deux n'a envie de regarder un film. Pourtant, je sais à quel point Willow n'aime pas les câlins, ni les bisous... Je le fixe quelques secondes, à bout de souffle comme si nous avions couru un marathon. « Un film... Oui... Enfin... Non... » J'ai le cerveau complètement embrumé. Ca fait tellement longtemps que j'attends ce genres de moments avec Willow et il me ramène bien vite à la réalité. Pourtant, je suis sûr de lire dans son regard qu'il n'a pas envie de regarder ce film. Peut-être qu'il a juste peur. Voilà, une vraie guimauve je vous jure... Je reprends mon souffle avant de reposer mes lèvres pleines sur celles du jeune homme, l'attirant à nouveau contre moi. Je veux en savourer chaque seconde, je ne sais pas combien de temps ça va durer. Willow est tellement imprévisible. Je cherche son contact, je veux le sentir sous mes doigts, sous mes lèvres. J'ai envie que ça soit réciproque, j'ai envie de me sentir aimé et j'ai envie de voir que je l'attire... « Me lâche pas... Je t'en prie... » soufflais-je contre ses lèvres alors que mes mains se frayent un chemin sous sa chemise pour les poser sur ses hanches.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 21:25

Cet instant était le premier qu’ils partageaient de ce genre, d’habitude Willow n’était pas du tout câlin avec Callum, en fait il fuyait ses moments et c’était pour les éviter qu’il ne restait jamais dormir ou qu’il n’invitait jamais le jeune homme à rester dormir chez lui. Pourtant cette fois, il avait décidé de cesser de se cacher derrière le rôle du type sans scrupules qui n’éprouve aucune envie d’un moment de tendresse avec son petit ami. Parce qu’il n’était pas comme ça, parce qu’il avait envie de pouvoir agir sans surveiller ses gestes et ses paroles ; il était fatigué du rôle qu’il s’était donné mais combien de temps cette phase durerait-elle ? Il craignait de redevenir le connard qu’il prétendait être sitôt qu’il serait rentré chez lui, à ne plus répondre à ses messages ou à ne pas décrocher lorsqu’il appelait … Cependant il décida de profiter et d’apprécier cet instant comme il se devait, aussi il ne chercha pas à s’enfuir lorsque Callum se tourna vers lui pour coincer ses mains derrière son cou ; les siennes descendaient naturellement sur ses hanches alors qu’ils se mettaient d’accord pour passer la nuit ensemble, non sans une pointe d’humour. Les deux garçons partagèrent un baiser d’une tendresse incroyable et c’était bien la première fois que Will’ se laissait faire, son petit ami sentait d’ailleurs pleinement en profiter et contrairement à ce qu’il aurait imaginé, ça ne le dérangeait pas. Malgré tout, il se retrouvait un peu gêné par ce brusque changement d’attitude vis-à-vis du jeune homme et l’idée de passer leur première nuit ensemble l’angoissait quelque peu ; aussi il se permit de faire allusion au film dont ils avaient parlé un peu plus tôt. Call’ ne semblait en fait, plus vraiment de cet avis ; l’idée d’un film n’était apparemment plus d’actualité et il le comprit assez rapidement lorsque son petit ami revint prendre ses lèvres, l’attirant contre lui comme si il avait peur de le perdre. Il avait l’impression qu’il s’accrochait désespérément à lui, ayant trop peur que cet instant soit éphémère et qu’il se ravise au dernier moment. Pourtant, il ne bronchait pas et le laissait faire avec un réel plaisir, sa main calée sur sa nuque l’incitait d’ailleurs à continuer mais il craignait aussi du point jusqu’où ils pourraient aller ; il n’avait en fait pas trop de mal à l’imaginer et ça l’angoissait un peu. Les mains du jeune homme se calaient alors sous son T-shirt, effleurant délicieusement sa peau pour s’installer sur ses hanches ; ce simple contact suffit à le faire frissonner de toutes part et les quelques mots qu’il prononça, à le faire vibrer. Willow était quelqu’un de réellement affectueux même si il ne l’avait jamais montré à Callum, il aimait faire plaisir et prendre soin des gens qu’il aimait mais il avait encore du mal à être totalement à l’aise avec son petit ami vu ce qu’il lui avait fait subir par le passé. Mais sentir son souffle sur ses lèvres, son corps tout contre le sien suffisait à embrouiller son esprit et à faire battre son cœur un peu plus vite si bien qu’il fut incapable de mettre un frein à ce qui était en train de se passer « Peur de passer par la fenêtre ? » fit-il en rient doucement, juste histoire de le taquiner mais le sourire qu’il arborait n’avait rien de méchant, bien au contraire « J’te laisse finir ta clope … J’suis pas loin t’inquiète. » ajouta-t-il avant de déposer un baiser sur le front de son petit ami puis de s’écarter pour aller boire un grand verre d’eau, pour se rafraîchir car il en avait grandement besoin.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 21:43

Willow & Callum


Evidemment... Ce moment était trop beau pour être vrai. Alors que je venais de passer mes mains sous la chemise de Willow, celui-ci frissonnant pourtant sous mon contact s'écarta afin de me faire remarquer que j'ai l'air pitoyable à m'accrocher à lui comme si j'avais peur qu'il s'envole. Et c'était un peu le cas en plus... J'avais vraiment peur qu'il s'en aille. C'était tellement rare ce genre de moment, je ne voulais pas qu'il me laisse. Je savais que ça allait arriver, parce que Willow est comme ça et parce que nos moments tendres ne durent jamais. Alors je m'accroche. Je me tiens à cette facette du blondinet que j'aime, à cette facette que j'attendais mais qu'il ne montrait que trop peu à mon goût. Dans ma tête, tout se mélangeait déjà. On n'était que près de ma fenêtre à s'embrasser, mais mon esprit divaguait déjà sur ce qu'il pouvait se passer par la suite. On n'a jamais franchi une telle limite avec le jeune homme, nous n'avons jamais dormi ensembles, je ne l'ai jamais vu sans ses vêtements, je n'ai jamais pu goutter au plaisir que c'était de l'avoir nu contre moi. Pourtant j'en meurs d'envie et je commence sérieusement à croire que je suis le seul. A aucun moment, jamais, Willow ne m'a démontré une quelconque envie de passer à l'étape supérieure. Jamais il ne m'a regardé, jamais ses mains se sont aventurées sur moi. Il a toujours été chaste avec moi et je commence vraiment à croire que je ne lui fait aucun effet qu'il n'y a que moi qui suis en manque d'affection... Et je ne me trompe pas. Le jeune homme finit par s'écarter un peu trop brusquement de moi en me prétextant ma cigarette avant de me tourner le dos pour aller se servir un grand verre d'eau. Je plisse les yeux, ne le quittant pas du regard. Il en a envie mais quelque chose le bloque, je le vois... Sûrement le passé. De rage, je tire une grosse gaffe sur ma clope et l'écrase sur le rebord de la fenêtre avant de refermer la fenêtre en me frottant les bras. Je suis un gros frileux même si je viens d'un pays ou le froid et l'humidité sont au rendez-vous tous les jours. D'un pas timide, je m'approche de Willow et me cale contre son dos, ma joue entre ses omoplates et mes mains sur ses hanches. « De quoi as-tu peur? Tu sais... Je ne vais plus te faire de mal Will... C'est finit tout ça. Je ne veux que ton bonheur même si ça peut te paraître impossible. Je ne pourrais vraiment plus envisager une seule seconde te martyriser. Ne te renferme pas comme ça à moi. » Je me redresse sur la pointe des pieds et l'embrasse sur la nuque, une fois, deux fois puis encore à plusieurs reprises. « N'aie pas peur de moi. »

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 22:05

C’était étonnant de voir comment Willow n’avait jamais montré la véritable facette de sa personnalité à son petit ami ; pourtant c’est lui qui aurait du le connaître mieux que tout le monde, mieux que les autres, mieux que le peu d’amis qu’il avait. Mais non. Et c’était sans doute la personne qui le connaissait le moins, parce qu’il avait préféré le dénigrer plutôt que de s’intéresser à lui lorsqu’il en avait l’occasion. Pourtant ce n’était pas de lui dont le blondinet avait peur, son problème était tout autre et risquait de venir entacher cette soirée si Call’ désirait aller plus loin, en fait il était certain qu’ils ne regarderaient pas de films. Willow n’avait jamais eu de petit ami, il avait toujours eu des coups de cœurs mais jamais il n’avait franchi le pas, il était encore puceau et ne l’assumait pas vraiment ; il n’avait jamais été assez sûr de lui pour se retrouver au lit avec un garçon. Le blondinet préféra abandonner Callum à sa cigarette pour aller boire un grand verre d’eau qui était censé le rafraîchir et lui mettre les idées claires mais ce fut un répit de courte durée car son petit ami revint assez rapidement l’enlacer. Ses mains installées sur ses hanches, il sentait son torse contre son dos et sa tête reposer contre lui ; il semblait d’ailleurs croire que s’il s’était enfui quelques instants plus tôt c’était à cause du passé, de ce qu’il lui avait fait vivre. Alors bien sûr ça avait joué mais le fond du problème n’était pas là, seulement il avait trop honte pour avouer à son petit ami qu’il était encore puceau alors qu’il était certain que lui avait déjà tiré son coup plus d’une fois. Willow le laissa parler sans broncher, frissonnant dangereusement sous les baisers qu’il déposait dans son cou et ferma les yeux, serrant fort les paupières avant de les rouvrir pour fixer le mur devant lui « Ça n’a rien à voir avec ça … Enfin si mais c’est pas ça le problème. » il y avait un autre problème qui se posait ; Will’ avait fait une tentative de suicide lorsqu’il était encore au lycée, à cause de tout ce qu’il avait à endurer et Call’ n’était pas au courant, il ne l’avait jamais été. Jusque-là il avait toujours réussis à dissimuler ses cicatrices sous des chemises à manches longues malgré la chaleur mais il était bien conscient que s’ils se retrouvaient au lit il les verrait, il lui poserait des questions auxquelles il n’aurait aucune envie de répondre et il ne voulait pas être confronté à cette situation. Mais il avait aussi très envie de lui, malgré tout ce qu’il prétendait et laissait paraître, il avait envie qu’ils franchissent ce pas, qu’ils fassent l’amour pour la première fois mais il craignait les remarques et les moqueries de Callum. Après tout si ce  dernier se moquait ce ne serait qu’une humiliation de plus et il saurait à quoi s’en tenir, il n’aurait alors plus aucun scrupule à lui briser le cœur ce qui était quelque chose à prendre en compte, aussi cruelle que ce soit « T’as peut-être jamais eu de mal pour te trouver des gars mais c’était pas mon cas. » finit-il par lâcher en serrant les dents, il craignait déjà la réaction de Call’, son rire moqueur, son regard inquisiteur et hautain … Il se voyait déjà quitter l’appartement rouge de honte, refusant de le revoir ne serait-ce qu’une fois parce qu’au final il se serait encore fait avoir.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 22 Avr - 22:23

Willow & Callum


J'aimerais pouvoir faire machine arrière, retourner dans le passé. Il y a deux voir trois ans en arrière. J'aimerais avoir posé mon regard sur Willow, avoir complètement craqué pour lui mais au lieu de le maltraiter, d'aller à sa rencontre pour parler cours ou musique étant donné que nous suivions déjà à ce moment là des cours facultatifs de musique. Je lui aurais sûrement demandé de me faire un peu visiter Sydney, de me montrer les meilleurs endroits où manger, le cinéma le moins cher, la meilleure plage pour aller se baigner et ne pas être envahit de touristes. On aurait pu se rendre à des concerts de groupes ensembles... Le genre de choses que les adolescents normaux font quoi. J'aimerais pouvoir effacer chaque moquerie, chaque insulte, chaque coup que je lui ai infligé. J'aimerais pouvoir effacer tout ça et que peut-être, après tout ce temps, on soit toujours ensembles. Qu'on soit heureux, qu'on sorte, qu'on se montre aux yeux de tout le monde. Peut-être qu'on parlerait de tout et de rien, qu'on partagerait nos peurs, nos peines, nos blagues, nos histoires. Peut-être que j'aurai pu connaître bien plus tôt, le bonheur que c'est d'être dans ses bras, de sentir son odeur et de pouvoir l'embrasser. Peut-être que j'aurai le droit tous les jours à des baisers comme nous venons d'échanger, peut-être même qu'on aurait continué dans ma chambre, qu'il n'aurait pas fui... Mais bon... Vous savez ce qu'on dit? On ne refait pas l'histoire avec des "si" et des "peut-être". Malheureusement je ne peux pas retourner en arrière, malheureusement Willow est une plaie béante à lui tout seul à cause de tout ce que je lui ai fait, tout ce que le lycée lui a fait à cause de moi. A cause de moi, il est renfermé et il a du mal à aller de l'avant. Je pense que je ne vois que la partie visible de l'iceberg concernant les blessures qu'il doit porter avec lui. C'est pour ça qu'une fois de plus, je me décide d'être patient et compréhensif. D'être à l'écoute aussi. C'est tout doucement que je m'approche de lui et que je me cale contre son corps. Je ne l'entour pas de mes bras pour ne pas le brusquer et éviter qu'il se sente claustrophobe. Je me contente simplement de poser mes mains sur ses hanches, de le rassurer avec quelques mots et de l'embrasser sur la nuque malgré notre nette différence de taille. Je lui laisse le temps de souffler, de choisir ses mots. Apparemment... Il y avait un autre problème, quelque chose de plus profond, de plus personnel. Je lâche le jeune homme, le contournant pour me mettre entre lui et le plan de cuisine. Il a le regard inquiet et ça me fait un peu peur... Qu'est-ce qui me cache? C'est avec la mâchoire crispée que le blondinet me fit comprendre qu'il n'avait pas beaucoup, voir pas du tout, d'expérience avec les hommes. Ses joues devinrent rouges et immédiatement il eu le regard fuyant. « C'est pour ça que tu as peur? » demandais-je de manière purement rhétorique. Je baisse les yeux sur ses mains et les attrapes entre les miennes pour les serrer doucement. « Je m'en fiche. Je veux dire, ce n'est qu'un détail pour moi. Mais je peux comprendre que tu veuilles faire ça avec une personne que tu aimes vraiment. Je ne t'en voudrais pas que tu me refuses un nouveau baiser ainsi qu'un câlin... » dis-je en cherchant son regard bien que j'espérais pouvoir le rassurer un peu avec ses quelques paroles. Qu'il soit vierge n'est qu'un détail pour moi. Je suis plutôt surpris oui, mais il n'y a là aucune raison de se moquer ou d'être en colère. Bien au contraire, je comprends mieux ses réactions maintenant et peut-être que je saurais les anticiper à l'avenir...

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mar 22 Avr - 22:46

Willow n’avait aucune expérience avec les hommes, ça n’avait pas l’air comme ça mais c’était bel et bien le cas ; il était inutile d’essayer de compter le nombre de gars qui avaient traversés sa vie puisqu’il n’avait jamais eu la moindre expérience avec les hommes. En fait il avait un peu honte de ça car il se doutait que Call’ avait déjà eu plusieurs copains, pas mal d’aventures … Ce genre de choses se savaient au lycée et il ne s’était jamais gêné pour rabaisser Will’ à cause de son inexpérience. Peut-être avait-il imaginé que depuis il avait trouvé quelqu’un mais non, il n’avait eu personne, personne n’avait eu envie de lui. Il y a bien quelques garçons qui lui avaient plu mais il n’avait jamais eu le courage d’aller les aborder. Le blondinet s’était éloigné pour se rafraîchir et tenter de faire retomber la tension sexuelle qui était montée entre eux à cause d’un simple baiser, le premier qu’ils partageaient vraiment ; malgré ça, son petit ami ne semblait pas décidé à le laisser tranquille et vint le rejoindre pour tenter de le rassurer. Willow avait bien comprit que Call’ ne chercherait plus jamais à lui faire de mal – même si la crainte était toujours là, quelque part – et ses paroles auraient sans doute eu l’effet escompté si elles avaient portées sur le bon sujet mais ce n’était pas le cas. Après un court instant de silence, le jeune homme avoua alors à son petit ami qu’il était encore vierge, ce qui n’était clairement pas une fierté pour lui et qui l’empêchait d’affronter le regard de Callum qui s’était déplacé en face de lui. Pourtant, quelques mots lui firent tourner la tête, attirant son regard et captant son attention ; faire ça avec une personne qu’il aimait vraiment … Jamais il n’avait vu les choses sous cet angle en fait, pour lui il n’avait pas envisagé de passer ce pas avec Call’ mais aujourd’hui, après ce baiser, nombre d’envies s’insinuaient en lui, amenant avec elles des images plus qu’agréables à son esprit « J’vais rien te refuser du tout … » fit-il timidement, tentant d’esquisser un sourire timide alors qu’il baissait les yeux sur leurs mains jointes. C’était vraiment étrange de les voir ainsi alors que la plupart du temps ils instauraient une distance entre eux, se comportant tantôt comme deux amis tantôt comme deux parfaits inconnus ; jamais ils ne s’étaient vraiment affichés comme un couple « Je suppose que ça veut dire qu’on va faire une croix sur le film pour notre première soirée ensemble ? » finit-il par dire en haussant un sourcil, prenant un air taquin sans chercher à fuir la situation cette fois. Callum ne s’était pas moqué de lui et n’aspirait qu’à le découvrir autrement et Will’ n’était clairement pas contre l’idée si bien qu’il éprouvait finalement une certaine hâte à découvrir un peu plus le corps de son petit ami, à sentir ses mains glisser sur lui, ses lèvres sur sa peau … Le blondinet attira finalement son petit ami contre lui pour l’embrasser, prenant cette fois l’initiative de plaquer ses lèvres contre les siennes, ses mains quittèrent les siennes pour s’installer sur ses hanches, glissant timidement sous le T-shirt qu’il portait pour aller effleurer son corps. Sentir sa peau chaude sous ses doigts était comme un véritable choc électrique qui lui provoquait la chair de poule et une véritable bouffée de chaleur s’emparait de lui à l’instant précis où leurs corps se rapprochèrent.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mer 23 Avr - 6:50

Willow & Callum


Le manque d’expérience de Willow me surprend… Evidemment, je sais que j’en suis en grande partie la cause mais je pensais qu’après le lycée, une fois que les choses se seraient tassées, il aurait quand même pu connaître les joies que c’est d’être dans une relation sérieuse avec quelques caresses sous la couette… Mais une fois de plus, je me suis trompé sur son compte et j’ai pleinement conscience du fait que le blondinet a sûrement manqué tout ça à cause de moi. Pourtant… Comment peut-on ne pas craquer pour lui ? C’est la réelle question dans le fond. Je ne comprends pas comment personne n’a pu oublier ce que j’ai raconté sur lui lorsqu’on était des adolescents et voir à quel point Willow est une belle personne. Tant physiquement qu’humainement. C’est ça qui me surprend le plus, comment ça se fait que personne n’a craqué pour son visage d’ange à part moi ? Peut-être que c’est une sorte de destin, de karma inversé. C’est peut-être à moi de le rendre heureux et de lui faire découvrir les petits plaisirs de la vie après lui avoir pourri l’existence il y a quelques années de cela ? Mais il mérite de vivre sa première fois avec un homme qu’il aime et qui l’aime vraiment en retour. Pour le deuxième point, ce n’est pas un problème, je ne l’ai peut-être jamais dit ouvertement, mais Willow sait très bien ce que je ressens pour lui. Seulement… Je ne pense pas que ça soit assez réciproque pour passer le cap avec moi. Je m’en voudrai toute ma vie de lui avoir volé ça alors qu’il n’en avait pas vraiment envie. Personnellement, j’ai vécu ma première fois avec un garçon dont j’étais fou amoureux et ça restera dans le top trois de mes meilleures fois. Je n’ai pas eu autant d’aventure que j’ai aimé le prétendre au lycée. A vrai dire… Je me faisais même discret quant à ma sexualité, il n’y a que deux ou trois hommes qui ont finit dans mon lit mais je n’en suis vraiment pas fier. Je n’étais pas amoureux, c’était juste pour me défouler, me vider l’esprit. Et je n’ai pas envie que ça soit la même chose avec Willow. Je veux que lui aussi, sa première fois soit dans le top trois de toutes les fois où il aura fait l’amour avec un homme.

Je n’ai pas non plus envie que l’Australien est honte de me dire ce genre de choses. Je sais que ça peut paraître fou après l’époque du lycée, mais je veux vraiment qu’on puisse parler de tout. Un jour, je compte lui parler d’Emery et de ce que j’ai vécu en Irlande, j’aimerais lui expliquer toutes ces années de thérapies et le choc culturel que ça été de venir ici en Australie. Un jour j’aimerais qu’on puisse s’asseoir à une table et juste parler, de tout et de rien. Mais surtout de tout. Mais pour le moment, Willow semble ailleurs. En voyant le petit sourire qu’il esquisse, je comprends qu’il pense toujours à notre baiser et au fait que je me suis dit qu’on pourrait peut-être aller plus loin. Je suivis son regard sur nos deux mains liées et il n’a pas besoin de me le dire à voix haute pour que je comprenne qu’à lui aussi, ça lui fait bizarre qu’on soit si proches. Peut-être qu’en fin de compte, il a bien fait d’arriver en retard, on n’en serait peut-être pas là si on ne s’était pas disputés. « Ca veut dire qu’on fera ce que toi tu veux, quand tu v… » Le blondinet ne me laissa pas le temps de terminer ma phrase que ses lèvres avaient rejoint les miennes. Sous le coup de la surprise, mon souffle se coupa mais je reprends très vite mes esprits en le sentant aussi demandeur tout d’un coup. C’est tout nouveau pour moi de le voir comme ça, lui qui d’ordinaire faisait tout pour m’éviter et surtout pas me toucher, le voilà qui m’embrassait spontanément pendant que ses mains glissaient sous mon t-shirt. Un frisson traversa chacune de mes terminaisons nerveuses, si bien que j’eu un léger spasme de plaisir. Mes mains se perdèrent rapidement dans ses cheveux blonds, tirant légèrement dessus pour l’attirer à moi. Ca peut paraître cliché mais je me mis à reculer, sans quitter ses lèvres que je mordillais au passage, pour se laisser tomber sur mon lit, casé dans un coin de la seule pièce de mon studio. Je le laissais quelques minutes prendre le dessus avant de m’écarter pour tendre le bras et éteindre la lumière pour qu’il soit plus à l’aise. Je pivote pour le plaquer dos contre le lit et prendre à nouveau ses lèvres d’assaut. J’allais être le plus tendre, le plus aimant possible pour rendre sa première fois à la hauteur de ses espérances.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Mer 23 Avr - 9:40

Les gens disent que le lycée représente à lui tout seul les plus belles années de votre vie, Willowa toujours rit jaune en entendant cette phrase car pour lui cela représentait des années de calvaire. Tout le monde trouve ça normal que les adolescents se chamaillent entre eux et se disputent mais la plupart des gens, des parents même, ignorent ce qu’il peut vraiment se passer dans les couloirs d’un lycée. Et quand les enfants veulent en parler, on leur dit que c’est pas grave, que c’est normal d’être taquiné par ses camarades de classe … et après ils s’étonnent que leur enfant ait voulu en finir avec la vie. C’était ce qu’il s’était passé avec la mère de Willow, elle n’avait jamais compris combien il souffrait de ce qu’il devait endurer au lycée, personne ne le comprenait d’ailleurs. Les enfants, les adolescents, sont sans doute les être les plus cruels mais personne ne veut l’admettre, parce que ce sont des enfants justement. Will’ est bien placé pour savoir ça, les profs ne sont jamais intervenus, personne n’était jamais intervenu en fait. Aujourd’hui, deux ans après la fin du lycée, il gardait un souvenir amer de ces années là ; il en voudrait à Callum probablement pendant des années encore et il aurait voulu le faire souffrir autant que lui avait souffert mais il était incapable de tenir ce rôle au quotidien, parce que ça ne lui ressemblait pas. Ce n’était pas lui. A cause des séquelles que toutes ces persécutions avaient laissées en lui, il n’avait jamais eu de petit ami et était encore puceau, ce qui visiblement surprenait son petit ami. Cependant, à sa grande surprise, il n se moqua pas de lui et se montra même très doux et compréhensif. Comment le gars qui l’avait persécuté pendant des années pouvait être si tendre avec lui aujourd’hui ? Willow ne le comprenait toujours pas mais ne cherchait pas à comprendre, est-ce-que ça l’intéressait vraiment ? Est-ce-que ça changerait le passé s’il comprenait ? Non. Alors il préférait se focaliser sur l’instant présent. Les deux garçons s’embrassèrent à nouveau, coupant la parole à Callum et le blondinet se montrait alors plus entreprenant, glissant ses mains sous le T-shirt de son petit ami pour trouver un contact avec sa peau ; il le sentit frémir sous ses doigts ce qui suffisait à faire grimper la température d’un cran. Rapidement ils finirent étendus sur le lit du jeune homme qui prit soin d’éteindre la lumière, pour leur première fois, Willow ne pouvait que l’en remercier car il était suffisamment nerveux comme ça. Callum renversa alors la situation, prenant place au-dessus du blondinet qui se laissait faire sans broncher, savourant le baiser enflammé qu’ils partageaient. C’était la première fois qu’ils étaient si proches, que Will’ se laissait toucher et embrasser sans chercher à s’échapper ; il se surprenait à trouver cet instant particulièrement agréable. Ses mains s’étaient logées sous le T-shirt de son homme qu’il ne tarda pas à faire remonter pour le lui ôter ; ses doigts glissèrent ensuite sur sa nuque, ses épaules et son dos, arrivant à sa cambrure alors que la chaleur montait au fil des secondes qui s’écoulaient. Willow espérait sincèrement que leur première nuit d’amour serait mémorable, exquise et qu’il ne regretterait pas de s’être donné à celui qui l’avait trop longtemps fait souffrir, il espérait que cette fois il ne se ferait pas avoir.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mer 23 Avr - 16:06

Willow & Callum


Je n’aurais rien tenté sans le feu vert de Willow. Je pensais qu’après notre petite conversation, on aurait terminé sur mon lit pour regarder le fameux film et qu’on aurait été se coucher. Je n’ai pas insisté, j’ai juste fait comprendre mon point de vue sur sa virginité et à part un dernier baiser, je n’aurai sûrement rien demandé de plus. Comme je venais de lui dire, pour moi on fait l’amour avec quelqu’un qu’on aime vraiment, je parle d’un amour véritable et connaissant Willow, j’aurai pas pensé que je ne serais celui qui aurait le privilège de partager quelques câlins et autres caresses sous la couette… Pourtant, c’est lui qui capture mes lèvres, qui glisse ses mains sous mon t-shirt, me faisant comprendre son désir. Je devrais peut-être le retenir, lui demander s’il est sûr parce que malgré tout, ça me semble précipité. Mais j’ai tellement envie de lui, que j’occulte un peu ce détail et que je le laisse me toucher, je le laisse franchir cette limite qu’il m’a toujours imposée. On se retrouve rapidement sur mon lit et même si je le laisse avoir le dessus quelques secondes, je tiens à lui faire plaisir, à diriger ses sensations. C’est SA première fois, c’est pour lui que c’est important, pas pour moi. Je veux vraiment lui montrer à quel point c’est bien et surtout lui transmettre tout l’amour que j’ai pour lui au travers de mes caresses et de mes baisers. J’éteins la lumière pour le rassurer un peu mais je retrouve très rapidement ces lèvres qui me rendent fou. Je ne peux pas m’empêcher de suçoter son piercing maintenant je peux enfin réaliser ce fantasme. Il faut dire que durant tout ce temps j’ai dû me retenir, contenir tout ce désir que j’avais pour Willow et ce soir… Si tout se passe bien, je vais pouvoir réaliser ce que j’attendais depuis tout ce temps. Mes baisers quittèrent ses lèvres pour chuter dans son cou, me délectant de son parfum par la même occasion. Mon souffle se fait déjà court, tant j’ai envie de lui. Ma bouche se perd sur sa clavicule alors que mes doigts bataillent autour des boutons de sa chemise. Mes baisers laissent une trace sur son torse, descendant de plus en plus au sud. J’ai l’impression que la température de la pièce a augmenté d’une vingtaine de degrés, bien que Willow m’ait déjà débarrassé de mon t-shirt. J’arrive à la ceinture de son pantalon, remontant pour pouvoir lui retirer définitivement sa chemise. J’ai tellement du mal à respirer que l’on pourrait croire que je viens de parcourir le marathon de la ville. Je fais tout pour que Willow se sente à l’aise et j’espère qu’il me le dirait si je devais aller trop vite ou si je faisais quelque chose qui le gênait. Nos lèvres se retrouvèrent, mes mains se perdant dans ses cheveux alors que mon désir ne faisait qu’accroître. « Tu me… Tu me fais confiance… ? » demandais-je à bout de souffle contre ses lèvres. Je n’avais pas envie de brûler des étapes mais ça commençait déjà à devenir dur de lui résister. Seulement, je ne ferais rien à l’encontre de ses envies.

Willow C. Adamson
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 158
∞ arrivé(e) le : 26/03/2014
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1270-would-you-wanna-r
✽ Dim 27 Avr - 17:17

Cette première dispute avait fortement ébranlé leur couple, remettant en question tout ce qu’ils avaient connu jusque-là. Remettant en question le comportement de Willow devant tous les efforts que son petit ami faisait pour lui, pour eux … Jamais il ne s’était vraiment remis en question ; obsédé par l’objectif qu’il s’était fixé, ne se souciant de rien d’autre. Au fond lui faire mal s’était son but, alors pourquoi sa conscience le rappelait aussi brutalement à l’ordre ? C’était la première fois qu’il le voyait les larmes aux yeux et il avait détesté la sensation qui l’avait envahi, celle d’être un parfait connard obsédé par son désir de vengeance. Callum lui avait fait énormément de mal par le passé et il ne le lui avait toujours pas pardonné, d’ailleurs serait-il capable de lui pardonner un jour toute cette souffrance qu’il lui avait infligé sans se soucier des conséquences ? Mais Willow n’était pas quelqu’un de foncièrement méchant et ça Call’ l’avait très bien comprit à l’époque et aujourd’hui il devinait sans mal que le blondinet se mettait un masque pour pouvoir agir ainsi sans avoir à affronter son reflet dans le miroir. Il aurait dû se moquer de le perdre, qu’il lui demande de quitter son appart’, il aurait dû accepter sans broncher que leur histoire se finisse là mais il avait protesté et s’était excusé, à plusieurs reprises, pour que son petit ami daigne se calmer et le garder auprès de lui. Une nouvelle fois c’était lui qui se retrouvait à ramper à ses pieds.
Finalement Willow avait occulté toutes ces petites choses qui venaient entacher leur relation pour ne s’intéresser qu’à l’instant présent et au fait que tous deux venaient de tomber le lit du jeune homme et que rapidement la situation s’était inversée pour que Callum se glisse sur le corps de son petit ami. Ce dernier ne tarda pas à débarrasser le jeune homme de son T-shirt pour profiter de sa peau douce sur laquelle il laissait glisser ses mains, ses doigts galopant le long de sa colonne vertébrale pour terminer leur course sur la cambrure de son dos. Call’ se montrait particulièrement désireux si bien que ses lèvres quittèrent rapidement celles du blondinet pour aller explorer son cou sa clavicule et ces simples contacts suffisaient à faire courir sur sa peau de délicieux frissons. Ma température de la pièce semble monter d’un cran à chaque fois que ses lèvres touchent la peau de Willow et fort heureusement pour lui, son petit ami décide de détacher un à un les boutons de sa chemise pour l’en débarrasser. Le jeune homme laisse de côté ses angoisses pour s’abandonner complètement à son petit ami, peut-être qu’il n’est pas amoureux et qu’il éprouve de rancœur à son égard mais il lui porte toutefois une affection certaine sans quoi il aurait été incapable de se laisser aller au creux de ses bras. Leurs lèvres se retrouvent enfin et le blondinet glisse sa main sur la nuque de Callum pour rendre ce baiser plus pressant tandis que son corps se cambre sous le sien pour l’effleurer, contact qui l’électrise encore un peu plus. Le jeune homme se montre particulièrement attentionné à son égard, ce qui le touche et qui l’amène à se demander comme il a pu lui faire tant de mal par le passé … Cependant Will’ finit par laisser ses questionnements derrière lui pour dépose plus tendrement ses lèvres sur celle du jeune homme « Je serais pas là sinon. » lâcha-t-il dans un soupir tout contre ses lèvres, ses doigts glissant sur sa peau pour défaire la boucle de sa ceinture. Willow n’avait jamais fait l’amour avec qui que ce soit et si il se montrait somme toute anxieux, il avait aussi hâte de connaître ce plaisir.
Callum Caldwell
I DON'T WANT WHATEVER I WANT
avatar
∞ messages : 68
∞ arrivé(e) le : 07/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Lun 28 Avr - 5:02

Willow & Callum


C’était la première fois de Willow et il allait falloir que je prenne un peu les rennes, que je le guide aussi dans ses faits et gestes mais surtout… J’avais bien l’intention de rendre cette première fois la plus inoubliable possible pour lui. Je ne voulais pas qu’il regrette de ne pas avoir attendu de le faire avec quelqu’un qu’il aime vraiment, je ne voulais pas qu’il se sente mal de s’être laissé débordé par les ormones ou pire encore ; qu’il en garde un mauvais souvenir. Je voulais qui sorte de mon studio en se sentant davantage adulte, davantage complet. Même si ce n’est pas dans mon habitude de gérer, j’étais d’accord d’endosser ce rôle pour lui ce soir. Il me rendra l’appareil, enfin… S’il y aura de prochaine fois. Si ça se trouve, il ne voudra plus, il n’aura pas aimé ou encore, il ne me trouvera pas à la hauteur… Donc autant profiter du moment présent. Je n’ai pas envie d’avoir l’impression d’être un robot qui fait attention à tout ses faits et gestes pour le bien être de son partenaire, j’aimerais profiter tout autant que lui et que ça se passe bien pour tout les deux.

Très rapidement, la température de l’appartement augmente de quelques dizaines de degrés. J’ai l’impression que mon cœur va sortir de ma poitrine tant il bat. J’ai tellement envie de lui, que ça devient dur de ne pas brûler des étapes par inadvertance. Je n’ai jamais autant senti de frissons parcourir mon corps qu’en embrassant la peau douce de Willow. C’est vraiment électrique et dans un sens, ça me rassure de le voir se tortiller sous moi et d’entendre son souffle près de mon oreille. Je n’ai pas envie de lui demander toutes les deux minutes si ça va alors de constater ce genre de petits détails me rassure. Le corps de Willow sous mes doigts me rends dingue. Il n’est pas bien épais mais je peux quand même sentir ses muscles et surtout la douceur de sa peau. Et le parfum que sa jugulaire dégage me donne envie d’y planter doucement mes dents mais je me retiens, le but n’était pas de le traumatiser. C’est finalement contre mes lèvres qu’il me donne une sorte de second feu vert. Les longs doigts du jeune homme farfouillent vers ma ceinture et appuyé sur un seul coude, je lui viens en aide pour finalement déboutonner mon pantalon et le retirer en le faisant glisser à terre. J’offre un dernier baiser au blondinet avant de semer quelques baisers sur son torse puis sur ses abdos avant de finalement détacher son propre pantalon pour qu’il finisse sa course au même endroit que le mien. Je le lèche juste à l’élastique de son caleçon avant de baisser celui-ci et de remonter à ses lèvres ne voulant pas le mettre mal à l’aise. Je ne sais pas comment Willow se sent face à son corps mais comme il n’a rien dit pour la lumière, je ne veux pas me précipiter sur son entre-jambe et prendre le risque de le braquer. Nos lèvres se retrouve dans un souffle qui se fait à présent saccadé. Ma langue demande le droit de passage contre ses lèvres alors que discrètement, presque malicieusement, ma main glisse le long de son bras, puis sur son côté, contre son bassin pour venir effleurer du bout des doigts mon dû qui ne trahi pas le désir du jeune homme. Mon baiser se fait un peu plus insistant alors que je commence à effectuer très lentement, un léger pompage histoire de le mettre en jambe.

Contenu sponsorisé



 Sujets similaires

-
» [Aken] Fake Made [Stylize IC]
» [Résolu] Message Windows
» Le BS 401 "made by " Bouygues Telecom est disponible à partir de 1€
» Les Experts made in Bouygues Telecom: les Woobees
» I borke your heart, i made you hurt ? | LINKS
Poster un nouveau sujet Répondre au sujetAller à la page : 1, 2  Suivant

 + I've made diner for you (willow)