Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

 Lost and found ♥ {Aidélia}

Aélia J. Harris
Membre du mois
avatar
∞ messages : 362
∞ arrivé(e) le : 16/04/2014
∞ Grain de sable : 60


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur
✽ Sam 10 Mai - 2:13

And the kindest of kisses break the hardest of hearts


You can't expect me to be fine, I don't expect you to care. I know I said it before but all of our bridges burned down.
Jour off . Ce soir , ce n'était pas moi de service au Slip Inn et rien que l'idée d'enchaîner les tek paf et de danser toute la nuit sur la piste me faisait un bien fou. Cette semaine nous avions enchainé les heures supplémentaires avec Aiden et il était temps qu'on prenne du temps pour nous , même si pour une fois c'était chacun de notre côté. Aiden restait en famille tandis que moi , mes plans étaient comment dire ? Légèrement plus alcoolisés, voir même beaucoup plus délirants. Entourée de mon groupe d'amis, nous avions décidé de nous accorder du bon temps au Slip Inn. Seulement, à chaque fois que nous étions ensemble, c'était un peu no limite, on était dans une bulle qui ne supportait aucune barrière, aucune contrôle. On pouvait passer des nuits entières à danser lascivement, langoureusement, sur la piste, sans nous arrêter , sans capter le monde autour . Quelques Blues Lagoon, deux ou trois verres de Mojitos, des selfies dans tous les sens, des éclats de rire et des chutes toutes les dix minutes et bien sur , le point essentiel : Des hommes, par bribes, en veux tu , en voilà. Plutôt courtisées, quand l'homme en face nous plaisait , alors on n'hésitait pas à se faire plaisir, le temps d'une heure, d'une minute ou même d'une nuit. C'était exactement la définition de nos soirées : On s'éclatait, tout simplement.
Aé !!!! Ma belle !!! Entres ... ! Je m'approchais de Caleb, un de nos gardes du corps et l'embrassait tendrement sur la joue. Sans réellement savoir pourquoi, j'étais la petite chouchoute des videurs et c'était clairement un avantage. De toute manière, je les considérais comme faisant parti de ma famille et ils me rendaient tous la pareille. Considérée comme la petite brune, la petite favorite, ils n'hésitaient pas à me surprotéger, à me chouchouter, sans même s'en cacher. Comme d'habitude, pas besoin de faire la queue pendant des heures (oui parce que pour réussir à avoir la chance de rentrer au Slip Inn, il fallait être patient vu la demande) ou encore de payer . Et c'était pareil pour mes amies : Mes amies avaient un passe partout quand elles étaient avec moi , évidemment . Bonne soirée ma belle , et surtout fais attention d'accord ? Tu viens me chercher si tu as un problème d'accord ? Promis ? Je reste là au cas ou . Et pas de bêtises hein ? Je lui sautais limite au cou pour l'inonder de bisous et il faisait semblant de pester avant de me serrer dans ses bras, tout aussi tendrement que le ferait un frère avec sa petite sœur . Oui papa ... promis ! J'éclatais de rire et rentrais dans la boîte. Comme d'habitude, elle était pleine à craquer et la musique vibrait dans tous les sens. Par pure réflexe, mon regard se posait au bar et je constatais que c'était Avery et Liam de service. L'association des deux me faisait sourire, consciente que ce n'était pas franchement l'osmose entre eux deux. Tequila???? Mes pensées s'étaient perdues sans m'en rendre compte sur mon obsession du moment : Aiden. Le mot "tequila" faisait déclic chez moi et on hurlait toutes ensembles, totalement délurées. Tequilaaa !!!!
Une heure après, deux tequila sunrise et quatre shooters, on envahissait le podium, conscientes d'avoir un certain pouvoir d'attraction sur les gens autour de nous. Il faut dire que notre façon de danser était particulièrement ... captivante. Sensuelle, féline, tendre mais en même temps lascive ... les regards ne cessaient de se tourner vers nous. Mes collègues, tout comme les videurs, s'amusaient à parier d'ailleurs sur le nombre de tête que moi et mon groupe d'amis allions faire tourner dans la soirée. Seulement, pour la première fois, je ne faisais pas attention,  seul mon corps se mouvait au rythme de la musique, langoureusement. Plus rien ne comptait que le son, les lumières sur moi et l'amertume de l'alcool qui coulait dans mon sang . Les demandes ne manquaient pas mais le problème ne venait pas de là, le problème venait qu'il m'était impossible de regarder un autre homme qu'Aiden, de désirer un autre homme que lui . Les autres ne m'attiraient pas , ne m'intéressaient même pas. Je n'avais de yeux que pour lui et c'était comme une sorte de chaîne : Mon corps, mon cœur et mon esprit refusaient les autres. Les heures passaient et nous passions notre temps entre le bar et le podium, consciente d'enflammer les deux endroits à la fois. Aé ... Je t'adore et tu le sais ... et j'aimerais vraiment être tes copines à l'heure actuelle vu votre promiscuité mais ... fais attention d'accord ? Je n'ai pas envie de me battre ce soir et tu sais que si on te touche, c'est ce qui arrivera. Avery, mon collègue, me lançait un regard inquiet, conscient des hommes intéressés autour de nous. Ca me faisait chaud au cœur de l'entendre dire cela , d'une part parce qu'il restait l'Avery charmeur que je connaissais mais surtout parce qu'il était effectivement capable de tout pour moi , parce que nous étions une famille, tous. Je ferais attention, promis. Je me penchais au dessus du bar pour lui voler un petit bisous et retournais sur la piste de danse sans demander mon reste. Pas vraiment soule, seulement un peu pompette, mes mouvements se faisaient plus sensuels, plus attrayants. Malheureusement pour la gente masculine, seules mes partenaires, mes amies, avaient le droit à des collé-serré. On continuait comme cela encore quelques heures, rassemblant autour de nous un petit cercle de curieux, observant le "phénomène" que nous avions provoqué sur le podium. Puis finalement, fatiguée, je décidais de quitter les lieux.
En réalité ... La fin de soirée approchait et si mes copines n'allaient sans doute pas finir seules, ce n'était pas mon cas. La soirée avait été fiévreuse, brûlante mais ça s'arrêtait là. J'étais fatiguée et l'envie de rentrer sous ma couette, après une bonne douche, me faisait de plus en plus de l'œil. Et puis ... ce n'était pas eux que je voulais, c'était lui. C'était son corps que je voulais sentir contre le mien dans un collé serré endiablé, torride. Et là ... il était temps pour moi de partir . Après une dernière petite danse, je saluais tout le monde : Amies, collègues et videurs et rejoignais une autre rue un peu plus loin pour héler un taxi. C'est là qu'on m'accostait tranquillement. Hey !!! Aélia c'est ça ? Une amie d'Aiden non ? Peut être était ce son sourire calme, posé, qui avait fait la différence à mes yeux ? Ou le fait qu'il connaisse mon prénom, celui d'Aiden ? De toute façon mon esprit n'était pas aussi réactif que d'ordinaire. J'étais fatiguée , un peu bourrée et entendre le nom de mon binôme finissait de m'apaiser. Oui pourquoi ? Ma réponse avait fusé, sans l'ombre d'une hésitation. Tu lui donneras ça de ma part . Bim. Et là ... le trou noir , total.


____________________________________


Totalement comateuse. Peut être que l'instant avait duré deux minutes, six heures ou bien une éternité, je n'en savais absolument rien. Je n'avais plus aucun repère spatio temporel. Allongée dans le noir , je me relevais brutalement, en sueur mais surtout dans la panique la plus complète. Mon cœur battait à cent à l'heure et je dus me retenir de ne pas crier sous l'effet de l'angoisse qui m'étreignait. Lorsque mes yeux s'habituaient à l'obscurité, je reconnaissais ma chambre autour de moi . Je restais totalement stupéfaite , jusqu'à ce que la douleur de ma lèvre et de mon arcade sourcilière me remette définitivement les idées en place. Mes doigts venaient à la rencontre de mon visage, hésitants, et là ... le choc. Je n'attendais pas de récupérer toutes mes facultés et me précipitais hors de mon lit pour me voir dans la glace. Je dus m'y reprendre à deux fois, ayant du mal à tenir debout sur mes deux jambes, mais je finissais par me diriger dans le miroir . Et là ... sans réussir à me retenir plus longtemps , je me mettais à pleurer , sans hésitation. C'était plus la surprise que la vraie douleur , même si ça me faisait mal, non c'était l'incompréhension. Ma lèvre inférieur était ouverte ainsi que mon arcade sourcilière gauche qui portait un bandage. Mon visage n'était pas tuméfié mais on devinait un bleu sous mon œil droit qu'il était impossible à cacher . Je restais là , à me regarder en tentant de me souvenir de ma fin de soirée. La seule chose que je me souvenais c'était le prénom d'Aiden, puis des bras autour de moi. Incapable de me souvenir qui m'avait amené chez moi, qui était entré chez moi, qui m'avait amené à l'hôpital et ni depuis combien de temps j'étais allongée sur mon lit. J'étais totalement perdue, exactement comme une enfant de quatre ans qui ne retrouve plus sa famille. Là, j'avais juste l'impression d'avoir loupé un épisode dans ma vie. Une sorte de black out. Je tentais de comprendre, de rassembler les morceaux mais c'était trop flou pour me permettre de savoir quoi que ce soit . Finalement, je décidais de rentrer dans ma chambre pour trouver des indices mais ... il n'y avait absolument rien. Incapable de rester dans la pièce plus longtemps, paniquée à l'idée que je n'étais pas seule dans la pièce, je sortais en courant, attrapais mes clés et partais. Sans en avoir conscience, mes pas m'avaient guidé vers l'appartement d'Aiden. J'avais besoin de le voir , aujourd'hui, maintenant plus que n'importe quand. J'avais froid, j'étais terrifiée et il était le seul à réussir à m'apaiser . Je savais bien que le coup que j'avais reçu avait un rapport avec lui mais je m'en fichais, la seule chose qui m'importait c'était de le voir et qu'il me serre dans ses bras. Qu'il soit en vie , près de moi. C'était l'unique chose qui me faisait encore tenir debout.


_______________________________

Le visage blessé, ma petite robe blanche déchirée pour seul vêtement, les cheveux en bataille, je ne retenais plus vraiment mes larmes. J'étais totalement bouleversée et rien qu'à l'idée qu'on s'en soit pris à lui aussi ne m'aidait pas à me calmer . Une fois devant chez lui , je dévalais les escaliers quatre à quatre, incapable de canaliser cette angoisse grandissante. Une fois devant son appartement, mes petits poings cognaient contre la porte, presque suppliant. C'est moi. C'est Aélia ... Ouvres s'il te plait . J'essayais de ne pas lui montrer la panique dans ma voix, ni même l'émotion qui me submergeait. Et là, il ouvrait la porte, plus beau que n'importe qui, vivant, juste ... lui . C'est devant sa vue que finalement je craquais littéralement. Mes larmes redoublaient sous la fatigue, le froid mais surtout la peur . Il était vivant mais c'était le contrecoup. Je suis désolée , je suis tellement désolée ... Je ne comprends pas . J'ai bu mais ... J'ai voulu prendre un taxi , il y avait beaucoup de musique, on ne s'entend plus, j'avais envie de rentrer , je ne voulais pas d'un autre que toi , Avery était là , puis je suis sorti , il m'a demandé ton nom ... Je le connaissais pas , j'ai pas compris alors j'ai dis qu'on était ami et il ... il m'a dis de te donner ...ça . Le "ça" en question c'était le coup de poing que j'avais reçu . J'avais consciente de ne pas être du tout cohérente mais j'étais trop bouleversée pour être logique dans mes propos. Et finalement le puzzle se mettait en place. Les mecs de l'autre fois , Liv ,... C'était surement un des trois , je ne l'ai pas reconnu , je suis désolée , je suis tellement désolée , j'ai juste entendu ton nom , je n'avais pas l'esprit totalement clair , alors j'ai pas réfléchi ... Je suis désolée ... La douleur me lançait dans le visage mais  c'était rien comparé au trouble qui me prenait. Je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite, je me suis réveillée dans mon lit ... Quelqu'un est entré chez moi, je ne sais pas. J'étais dans le lit , allongée , on m'a soigné , on m'a bordé ...Je m'en souviens pas. Je n'arrive pas à me souvenir . Je me souviens juste de bras autour de moi et puis rien. Je suis désolée ... Je n'arrêtais pas de m'excuser sans savoir vraiment pourquoi, peut être que je m'excusais car je savais que la réaction d'Aiden serait sans précédent. Ecoutes moi ... Je prenais son visage entre mes mains et le forçait à me regarder. J'ai eu tellement peur qu'ils s'en prennent à toi aussi , je m'en serais pas remise, pas une deuxième fois. J'ai cru que tu étais peut être mort, j'ai paniqué , je suis venue ... Je veux pas te perdre Aiden. Je ne peux pas vivre sans toi . Peut être que c'est en me rendant compte que je risquais de le perdre que tout avait changé chez moi. Le déclic tant attendu. Je lui donnais ce qu'il me demandait ... Enfin ... Je veux pas te perdre, je ne veux pas que tu t'éloignes, je ne veux pas que tu touches une autre femme , je veux que tu m'embrasses, que tu me serres dans tes bras, j'ai peur ... J'ai peur parce que je tiens tellement à toi que ça me fait mal parfois. Aiden .... Silence le plus intense de toute ma vie. De toute notre vie. Je suis en train de tomber amoureuse de toi.
Aiden Whitehill
EACH NIGHT, I GO TO SLEEP
avatar
∞ messages : 485
∞ arrivé(e) le : 24/04/2014
∞ Grain de sable : 30

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 20 Mai - 22:24


Je n'avais fait qu'enchaîner les heures supplémentaires cette semaine. En soit, ça ne me dérangeait pas plus que ça vu que j'étais accompagné d'Aélia, mais je commençais de plus en plus à ressentir une certaine fatigue. Et le fait que je sois un peu plus faible que d'habitude devait se faire remarquer puisque Jay m'a impérativement dispenser de service ce soir, tout comme ma partenaire. J'avais insister et beau lui dire que ça allait, il ne m'écoutait pas. Il jugeait qu'il était temps pour moi de me donner un peu de temps pour moi, que j'avais assez épuiser mon énergie comme ça pour le Slip Inn. J'étais donc totalement affalé sur le canapé, manette à la main, à me distraire aux jeux vidéos avec mon petit cousin. Ce petit morveux m'aurait bien occuper de la journée, et même si passer du temps avec ma famille me faisait le plus grand bien, j'avais besoin de mon lit, maintenant qu'il était retourner chez lui. Bien que le sommeil était au rendez-vous, j'ai bien eu du mal à m'endormir tout de même. Mes pensées étaient vers elle. La personne pour qui je ressens ce quelque-chose. La personne avec qui je partage cette relation des plus ambiguë. J'étais légèrement anxieux. Je repensais à la bagarre l'autre soir. Je me disais que si ces délinquants l'auraient touchés, j'aurais sûrement perdu contrôle, ce qui m'arrive plutôt rarement. Seulement, quand il s'agit d'Aélia, c'est au dessus de mes forces. J'ai finalement réussi à m'emparer des bras de Morphée avec son visage en tête, priant l'avoir de nouveau dans mes bras, rien qu'à moi, comme l'autre soir. J'espérais même que ça arrive et que ça dure jusqu'à la fin des temps...

Endormi tel un bébé, à point fermé, rien ne semble pouvoir me faire sortir de mes rêves. Même pas le son de la porte de mon appartement qui cogne depuis plusieurs minutes. La tête sous le coussin, je n'avais vraiment pas l'air de vouloir sortir de mon lit. Sauf que ces coups se faisaient un peu plus fréquentes. Je jetais un coup d’œil à mon alarme sur ma table de chevet. Je me demandais bien qui pourrait débarquer comme ça chez moi, à cette heure si tardive en plus. Jusqu'à qu'elle me dise qui c'est. Je m'étais précipité à la porte, la tête encore endormie, les cheveux ébouriffés, je n'étais vraiment pas présentable, mais tant pis hein. La voir dans cette état m'avait vite réveiller. Aélia... qu'est-ce que... Je me suis rapidement rapprocher d'elle et constatait ses blessures sur le visage. Ses pleurs me faisaient mal également. Après tout, on est comme une seule et même personne. J'étais déboussolé, inquiet et en colère contre moi à la fois. Aélia peinait à m'expliquer, les mots sortaient à peine de sa bouche, elle était incompréhensible, en état de choc. Tout comme moi. Je la menais à l'intérieur, prenant le temps de fermer la porte et de retourner mon attention sur elle. Je soupirais, on pouvait voir dans mon regard que j'étais énervé. Perturbé. Jamais j'aurais voulu la voir dans cet état là. Surtout pas. Non c'est à moi de m'excuser. Si je me serais pas pris à eux, ça n'aurait pas arrivé. Je voulais pas te faire endurer ça, je suis désolé... murmurait-je. Bien sûr que ça m'affectait. Ils avaient penser juste en s'attaquant à elle. Ma faiblesse, mon tout. Sauf qu'ils n'allaient pas s'en sortir comme ça. Je les laisserais pas gagner. Je les retrouverais et je leur ferais payer de t'avoir toucher. Je te jure que je... Je resserrais mes poings, j'avais juste une envie, c'est de les tabasser à en plus avoir de forces. A en saigner. Mes veines ressortaient, on pouvait deviner dans quel état j'étais : hors de moi, incontrôlable. Je leur ferais regretter de s'en être pris à toi. Tu n'es pas en sécurité toute seule. Tu restes avec moi le temps que tout ça s'arrange, ok ? Je te laisse même pas le choix en fait... Aélia savait que ma réaction serait celle-ci, et elle était aussi la seule capable de me calmer en un rien de temps. En un regard. En un seule contact. Sa main sur mon visage me calmait un peu. Je l'écoutais juste me parler, sa voix m'apaise tellement. Écoutes moi... J'ai eu tellement peur qu'ils s'en prennent à toi aussi , je m'en serais pas remise, pas une deuxième fois. J'ai cru que tu étais peut être mort, j'ai paniqué, je suis venue... Je veux pas te perdre Aiden. Je ne peux pas vivre sans toi. Plus elle continuait à parler, plus je sentais que mon coeur battait encore plus anormalement. Je réalisais à peine qu'elle était en train de me dire indirectement que... Je veux pas te perdre, je ne veux pas que tu t'éloignes, je ne veux pas que tu touches une autre femme, je veux que tu m'embrasses, que tu me serres dans tes bras, j'ai peur... J'ai peur parce que je tiens tellement à toi que ça me fait mal parfois. Aiden... J'ai bien cru que ce silence durait une éternité. Je la regardais droit dans les yeux, j'avais tellement envie qu'elle me révèle finalement ce dont j'ai tant attendu. Je suis en train de tomber amoureuse de toi. Non, rien de tout ça est une hallucination. Un rêve, rien qui ne soit irréel. Elle était bien devant moi, me disant qu'elle était tomber amoureuse de moi. Vu que les mots me manquaient cruellement, je préférais lui répondre en m'emparant de ses lèvres. Lèvres dont je n'avais aucune envie de quitter, maintenant. Je me détachais doucement d'elle pour reprendre du souffle, et la main sur sa joue, les yeux brillants et le sourire au coin de mes lèvres, je m'apprêtais à me révéler également, comme elle l'a fait. Je pensais que ça n'arriverait que dans mes rêves... Je... tu sais pas à quel point ça me fait du bien d'entendre ça parce que... Moi non plus je supporte pas que les autres t'approchent de trop près. Je te veux pour moi, rien qu'à moi. Je suis pas du genre partageur, je... je pense que je suis aussi en train de tomber amoureux de toi Aélia. Et du genre totalement éperdument dingue de toi. Je me mordillais les lèvres, l'embrasser de nouveau avant de la prendre dans mes bras. Je n'étais pas encore prêt à lui dire ces trois mots. Peut être qu'elle n'était pas prête à l'entendre non plus, mais ce moment allait arriver. Tout comme celui-ci que j'ai jamais cesser d'espérer.

 Sujets similaires

-
» panne Servimg - Erreur "404 Not Found nginx"
» DNS Error - Server cannot be found.
» [Fermé] supprimer search webnet + autres soucis
» [Fermé] MOTEUR DE RECHERCHE LO.ST
» [Emy] falling into darkness
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

 Lost and found ♥ {Aidélia}