Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 et si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux. (pj)

Niko Gainsborough
A PENNY SAVED IS A PENNY EARNED
avatar
∞ messages : 212
∞ arrivé(e) le : 27/12/2013
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis:
Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 13 Mai - 16:38

les plumes volent encerclées par ton ondes. ✝ Le ciel s'assombrit, se teinte de rose et de pourpre, signe que la nuit est en train de pointer le bout de son nez. Niko l'observe longuement, appuyée contre la porte du magasin. Son patron lui a téléphoné la veille, lui demandant de tenir le magasin seule aujourd'hui, ce dernier allant rendre visite à de la famille. Elle a accepté sans sourciller. Il faut dire qu'elle avait vraiment besoin de ce job. Depuis qu'elle a quitté sa famille et l'Angleterre, elle ne vit que sur ses économies qui se réduisent comme peau de chagrin depuis qu'elle avait débarqué ici. Être libre a un prix. Elle doit payer son loyer sous risque de se faire mettre dehors de la colocation, ainsi que la location de certaines salles afin de pouvoir payer ses concerts. Depuis qu'elle foule le sol australien, on ne peut pas dire qu'elle ait une minute à elle. La journée, elle est ici, et le soir, elle écume les bars espérant trouver un patron qui veut bien la prendre pour qu'elle puisse jouer quelques heures et se faire un peu d'argent. Sinon, elle bosse sur ses compositions dans sa chambre, et ne s'arrête qu'une fois qu'elle estime celle-ci parfaite. Après cela, elle s'accorde quelques heures dans les bras de Morphée puis recommence. Travail éreintant. Pourtant, elle ne s'est jamais senti aussi vivante que depuis qu'elle est ici. La coquille vide qu'elle était se rempli petit à petit de l'air d'ici, des sourires et de la mer. Elle peut enfin le dire : elle est...
LIBRE.
Un sourire aux lèvres, sa journée est enfin terminée. Elle s'empresse d'éteindre les lumières, d'attraper sa guitare et de fermer boutique. La blonde s'engouffre ensuite dans sa voiture puis allume le contact. Elle roule, sans ayant vraiment envie de rentrer à la maison. Oh bien sûr, cela avait été une véritable aubaine de pouvoir trouver un toit en si peu de temps. Mais elle ne s'imaginait pas tomber dans une véritable auberge espagnole. Des gens avec des personnalités si différentes de la sienne. Si Dieu voit cela, il doit bien se payer sa tête. Finalement, son coeur la guide droit vers la plage. Elle foule doucement le sable, et ses poumons se remplissent de toute ces bonnes ondes. Elle relève sa robe longue histoire de ne pas se vautrer lamentablement, et avance, avant de s'assoir devant les vagues. Niko ferme les yeux un moment, puis soupir d'aise. Elle a enfin trouvé sa place. Un sourire étirant ses lèvres, elle s'empare de sa guitare puis commence à jouer quelques accords, fredonnant par la même occasion, histoire de bien terminer sa journée.
PJ Harris
SWEETS ARE A GOOD WAY TO BE HAPPY
avatar
∞ messages : 36
∞ arrivé(e) le : 14/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 13 Mai - 19:27

Tu as passé la journée à errer en ville pour trouver un job. A ce stade-ci de ta vie, tu es prêt à accepter n'importe quoi parce que tu n'as presque plus rien dans ton portefeuille, rien sur ton compte non plus. Tu pourrais bien entendu demander à tes parents de t'aider mais tu n'aimes pas être dépendant des autres, tu n'aimes pas faire le mendiant. Tu ne veux même pas en parler à ta soeur parce que tu sais bien qu'elle te donnerait tout ce qu'elle a. Ce n'est pas ce que tu veux. Toi, tu veux vivre ta vie comme elle te plait. Tu veux avoir suffisamment d'argent pour te nourrir et faire le plein de la voiture mais tu n'as pas besoin de plus. L'excédent d'argent ne t'intéresse aucunement. Pour toi, les gens riches courent tous à leur perte et perdent peu à peu les vraies valeurs de la vie. Valeurs auxquelles tu tiens beaucoup. Trop peut-être. C'est rare pour quelqu'un de ton âge. Tu es différent. Tu l'as toujours été en fait et cela ne t'as jamais dérangé.

Pour décompresser un peu, tu décides de te rendre à la plage. C'est l'un des endroits que tu préfères au monde et ça fait bien trop longtemps que tu n'as plus mit les pieds à Bondi Beach. Avant de fouler les grains de sable, tu as veillé à ôter tes espadrilles. Tu aimes sentir le sable chaud sous tes pieds, sentir les grains de sable filés entre tes orteils. Les mains dans les poches, le vent qui te caresse la nuque tu avances doucement. Tu te laisse guider par la brise, tu t'enivres de tout ce qui t'entoure. Tu te laisse bercé par les vagues. Tu te sens si bien, t'as l'impression pour la première fois de la journée d'être à ta place. Tu es à ta place. Tu es dans ton monde. Puis, une silhouette blonde apparaît dans le paysage. Habituellement, tu n'y aurais pas prêté attention, tu aurais continuer de fouler le sable sauf que cette fois, tu t'arrêtes net. Tu la reconnais. C'est ton ange blond qui se tient devant toi. Durant l'espace d'un instant, tu as l'impression de rêver. L'instant d'après, tu te dis que tu dois certainement faire erreur et tu décides de te rapprocher pour en avoir le coeur net. Tu as besoin d'être certain que ce n'est pas elle. Peut-être faudrait-il que tu te fasses à l'idée que tu ne la reverras pas et qu'il est temps de tourner le page. Tes pas s'alignent l'un à l'autre, tu te rapproches. Tu discernes avec plus de précision les traits de l'ange. Ton coeur fait un bond. Tu es certain maintenant. Tu sais que c'est elle et tu te dis que peut-être, c'est le bon dieu qui vous a réunit. Tu te rappelles ce proverbe qui dit que les gens qui sont censés être ensemble, se retrouvent forcément un jour. A peu de chose près. Tu te racles doucement la gorge tandis que tu l'écoutes jouer. Elle t'a toujours fasciné. Son amour pour cette guitare, tu l'as déjà tellement envié. Tu aurais aimé qu'elle te chérisse autant que l'instrument. Tu ne veux pas l'interrompre d'ailleurs, elle a l'air si paisible. Puis, les notes cessent de flotter dans l'atmosphère et elle relève la tête. Elle a sans doute senti ta présence, elle a dû sentir que quelqu'un l'épiait. Tu sais pas trop quoi lui dire, t'es un peu gêné. Puis tu décides d'articuler quelque chose, quelques mots pour vous sortir de ce silence. « Je ... J'pensais pas te revoir.»
Niko Gainsborough
A PENNY SAVED IS A PENNY EARNED
avatar
∞ messages : 212
∞ arrivé(e) le : 27/12/2013
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis:
Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mer 14 Mai - 12:59

les plumes volent encerclées par ton ondes. ✝ Le bruit des vagues, le vent soufflant sur son visage, et elle, en tête-à-tête avec sa guitare, voilà ce dont elle a besoin. Un moment parfait. Sûrement trop parfait pour que cela ne dure. Niko n'a pas l'habitude d'être heureuse. Du moins, par elle-même. Sa vie a toujours été dicté par ses parents, par le saint patron. C'est sûrement à cause de cela qu'elle s'est privée de nombreuses choses. Elle se revoit encore, quelques années auparavant, attendre bien sagement que sa mère aille donner ses cours de catéchèse et que la bonne daigne sortir faire des courses afin de sortir sa guitare qui se trouvait au-dessous de son lit pour enfin vivre sa passion. Cela relève d'ailleurs du miracle que sa mère n'ait rien découvert. D'ailleurs, elle l'imagine là, derrière elle en train de l'observer. Elle a les bras croisée et les prunelles dédaigneuses qui sont sa marque de fabrique. Sombre idiote. Bonne à rien. Tu déshonores le grand créateur. aurait-elle dit. La blonde baisse les yeux et ralenti la cadence. Finalement, a-t-elle pris la bonne décision? Elle, ce qu'elle voulait, c'est juste déployer les ailes de son indépendance et non être le vilain petit canard de la famille Gainsborough. Elle lâche un soupir, puis reprend sa chanson. Une ombre se dessine doucement dans son dos. Serait-ce sa mère qui vient la chercher pour l'envoyer droit au couvent. Oh non, sûrement pas. Elle décide de faire face et de se retourner afin de voir la personne qui la dérange à une heure pareille. Le spectacle ne fut que plus surprenant. « oh bonté divine... » murmure-t-elle alors qu'elle scrute chaque centimètre de son épiderme. Cette grande silhouette athlétique, ces yeux d'un noir profond et rieurs à souhait, cette barbe naissante sur sa mâchoire et cette bouche. Cette bouche qu'elle a vu mainte et mainte fois s'étirer afin de lui offrir le plus beau des sourires. Il est de nouveau sur sa route. Cet homme, son vagabond, sa comète. Elle presse un instant l'intérieur de son poignet encré, le seul souvenir qu'elle avait de lui jusqu'à aujourd'hui. « Je ... J'pensais pas te revoir » déclare-t-il alors. Sa voix est la même que dans ses souvenirs. Chaleureuse, légèrement brisée. Elle se relève rapidement, se prend les pieds dans sa guitare qu'elle a oublié, manque de tomber. Elle ferme les yeux, honteuse. Puis les rouvre pour ne pas manquer un instant de plus, remet sa robe en place. Idiote, idiote, idiote que tu es Niko. Elle joint ses deux mains devant elle. « à vrai dire, moi non plus, je... marmonne-t-elle, marquant une pause, cherchant ses mots. C'est finalement un rire qui sort entre ses lèvres. Elle a le chic pour se mettre dans les situations les plus ridicules. t'as changé. enfin, je veux dire, pas en mal, t'es toujours aussi bronzé et beau. non, ça aussi je ne voulais pas le dire non plus. doux jésus, tais-toi niko, tais-toi. » balbutie-t-elle. Elle s'enfonce, encore et toujours. Alors elle préfère détourner les yeux et fixer la mer interminable. « désolée, c'est juste que je ne m'attendais pas à te voir ici. même de te revoir tout court. » dit-elle, haussant les épaules.
PJ Harris
SWEETS ARE A GOOD WAY TO BE HAPPY
avatar
∞ messages : 36
∞ arrivé(e) le : 14/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mer 14 Mai - 20:21

 Ton coeur a loupé un battement lorsque tu l'as aperçu. Tu l'avais laissé sur le bord de la route une fois, c'était e que vous aviez décidé. Dès ce jour-là, tu t'étais dit que tu ne la reverrais jamais. L'ange aux cheveux d'or n'était que de passage dans ta vie et tu avais dû, à contre coeur, faire une croix dessus. Cela n'avait pas été chose facile, parce que tu tenais à elle. Tu t'étais attachée à elle. Tu t'étais attaché à son sourire, à son odeur, à ses regards. Elle était devenue le soleil qui éclairait tes journées sombres et pourtant, tu l'avais laissé s'envoler. Tu t'étais dis qu'un électron libre comme toi n'en souffrirait pas de trop, que tu passerais rapidement à autre chose. Tu t'étais obligé à penser à autre chose. Et maintenant, face à elle, tu ne pouvais faire demi-tour une fois de plus. Tu ne le voulais pas, c'était interdit. Maintenant que tu te trouvais devant elle, tu te paraissais beaucoup plus clair. Elle devait faire partie de ton quotidien, ce n'était pas un hasard si elle se trouvait une nouvelle fois sur ton chemin. Saisissant ton courage à deux mains, tu avais décidé de l'accoster malgré une drôle de sensation au niveau de la gorge. Lui parler semblait te nouer la gorge, toi qui es d'habitude si bavard. Elle t'as regardé. Longtemps. Une éternité peut-être. Elle semblait aussi étonné que toi. Et toi, pendant ce temps-là, tu ne cessais de penser au destin. Tu aimais penser qu'il y avait une raison à tout, que rien n'était coïncidence. Elle se lève finalement mais manque de trébucher sur sa guitare. Bien entendu, cela te fait rigoler. Tu ricanes un peu, rien de méchant mais c'est plus fort que toi.  « C'est moi qui te fait perdre l'équilibre, serais-tu si déstabilisée de me revoir ?» Tu essaies l'humour, tu te dis que ça peut détendre l'atmosphère, peut-être que c'est ce qu'il faut faire pour la retrouver. Pour retrouver la relation que vous avez connu lorsque vous étiez dans cette voiture. Tu meurs d'envie de tout retrouver, comme si rien de tout cela ne s'était jamais arrêté. Comme si tu ne l'avais pas laissé filer comme le premier des lâches. « à vrai dire, moi non plus, je... t'as changé. enfin, je veux dire, pas en mal, t'es toujours aussi bronzé et beau. non, ça aussi je ne voulais pas le dire non plus. doux jésus, tais-toi niko, tais-toi. » Elle te fait sourire, tu lui dévoile tes dents blanches. Elle est mignonne, elle a l'air encore plus paumée que toi.   «Alors, en quoi ais-je bien pu changer ? » Ouais, c'est une bonne question parce que toi, tu ne vois aucun changement. Tu ne penses pas avoir changer quoi que ce soit depuis que vous vous êtes quittés.   « Toi t'as pas changé ... T'es toujours rayonnante» Elle est toujours un soleil. Ton soleil. Tu l'as retrouvé, tu revois la lumière. Enfin. « désolée, c'est juste que je ne m'attendais pas à te voir ici. même de te revoir tout court.  » Tu as étrangement envie de la serrer contre toi mais tu te retiens. Tu réprimes tes pulsions.  « Je te l'ai jamais dis... Mais c'est d'ici que je viens. C'est ma ville. » Tu aimais toutes les villes de ce monde mais tu étais particulièrement attaché à celle-ci. Peut-être uniquement parce que c'était le seul endroit où tu savais qu'il y aurait toujours quelqu'un sur qui compter.  « Qu'est-ce qui t'as mené jusque ici ? » Que tu lui demandes, simplement curieux tandis que tu enfonces tes mains dans tes poches.
Niko Gainsborough
A PENNY SAVED IS A PENNY EARNED
avatar
∞ messages : 212
∞ arrivé(e) le : 27/12/2013
∞ Grain de sable : 0


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis:
Voir le profil de l'utilisateur
✽ Jeu 15 Mai - 20:33

les plumes volent encerclées par ton ondes. ✝ Niko se sent terriblement sotte et n'a qu'une seule envie : se cacher la tête dans le sable telle une autruche. Elle n'a jamais été très à l'aise avec la gente masculine. Elle a toujours eu une certaine pression de la part de ses parents. Ils la voyaient, mariée avec un jeune homme de la paroisse, permettant d'avoir de parfaits petits enfants chrétiens. Alors elle est resté enfermé dans cette bulle et n'a jamais eu de contact avec le monde extérieur. Elle ne connait donc pas les rencarts avec les hommes, les restaurants suivis d'un bon cinéma. Parfois, Niko était envieuse de tout ces jeunes gens se baladant main dans la main le long des rues, aurait voulu être comme eux, le coeur battant un peu plus qu'à la normale. Et maintenant que cela arrive, elle se comporte comme une empotée. La blonde attrape sa guitare et la place soigneusement derrière elle. Son rire se mêle à celui de PJ, se rendant compte de la situation grotesque. « C'est moi qui te fait perdre l'équilibre, serais-tu si déstabilisée de me revoir ? » demande-t-il d'un ton qui se veut drôle et presque provocateur. Ses yeux croisent de nouveau les siens. Ils pétillent presque, comme un ciel rempli d'étoiles. Oui, elle est déstabilisée. Elle n'est clairement pas prête à ce retour impromptu. Parce qu'elle sait qu'elle ressent quelque chose de peu raisonnable envers lui et qu'elle ne contrôle pas la situation. Cela ne lui ressemble pas. C'est bien cela qui lui fait peur. « c'est normal, non ? enfin, je crois. » lance-t-elle, accompagné d'un timide sourire. A vrai dire, elle ne le sait pas. Elle ne pensait pas qu'un homme pouvait provoquer autant de maladresse. Ils ont vécu tant de choses en si peu de temps qu'elle en a eu le souffle coupé. Il lui a permis, à sa façon, d'en apprendre beaucoup, y compris sur elle-même. Mais dans le fond, elle reste une enfant qui ne connait pas grand-chose de la vie. Elle vomis les mots les uns après les autres, sans s'arrêter. Et quand elle s'arrête, un sourire s'étire sur le visage de son vagabond. Ce sourire qu'elle aurait pu regarder des heures et des heure. « Alors, en quoi ais-je bien pu changer ? » l'interroge-t-il. Elle hausse les épaules. « je sais pas. tu as l'air plus... serein. » se contente-t-elle de dire. Réplique idiote, encore une fois. Mais il a ce quelque chose dans le regard, un apaisement. « Toi t'as pas changé ... T'es toujours rayonnante» lance le jeune homme. Ses joues se teintent d'un rose soutenue. Elle n'a pas l'habitude d'entendre des compliments. Alors, venant de lui qui plus est, cela la met mal à l'aise. « merci. » répond-t-elle, détournant les yeux, puis remettant une mèche de cheveux derrière son oreille. « Je te l'ai jamais dis... Mais c'est d'ici que je viens. C'est ma ville. » lui confie-t-il. Elle hoche la tête. Durant leur périple à deux, ils avaient parlé de tout et de rien, mais pas vraiment de leur vie respective. Elle savait juste qu'il voulait changer d'air et parcourir le monde et lui savait qu'elle voulait juste quitter sa famille qui lui pesait. Un mince sourire sur son visage. Peut-être que dieu lui a donné un coup de pouce. « Qu'est-ce qui t'as mené jusque ici ?» la questionne-t-il. Elle porte ses bras contre ses épaules. Le vent se fait de plus en plus frais. « je me voyais mal retourner en angleterre pour rentrer dans les bonnes grâces de ma mère. et puis, je n'avais jamais vu la mer. aujourd'hui, je me perdrais dans son immensité tout les jours. » dit-elle, fixant l'horizon.
PJ Harris
SWEETS ARE A GOOD WAY TO BE HAPPY
avatar
∞ messages : 36
∞ arrivé(e) le : 14/04/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Lun 19 Mai - 21:19

Tu souris lorsque tu la vois perdre l'équilibre à cause de sa guitare qui jonchait le sol. Elle ne s'est pas blessée, c'est ce qui t'importe le plus. Même si elle ne craignait pas grand chose sur le sable fin. Tu fais alors de l'humour, pour détendre l'atmosphère. C'est assez étrange de la revoir, la revoir ici, chez toi alors que tu pensais lui avoir dit au revoir pour de bon la dernière fois que l'avais vu. « c'est normal, non ? enfin, je crois. » Elle est mignone, ça aussi, ça te fait sourire. Tu te dis qu'elle est peut-être impressionnée par toi, par ton physique, par ta belle gueule mais en réalité, tu l'es tout autant. T'as juste plus de chance parce que ça se voit moins, tu le camoufles mieux.  « Oui c'est vrai, les jolies filles tombent comme des mouches sur mon passage.» C'est faux. T'es beau, tu le sais mais ce n'est pas pour autant que tu fais toujours l'unanimité. Toi aussi, t'as connus les galères sentimentales, les dragues de soirées qui ne mènent finalement à rien. Les filles qui jouent avec toi, qui jouent avec ton coeur. Une en particulier. Une fille que tu as décidé de rayer de ta vie, à tout jamais. Tu l'as effacé de ta mémoire, t'en as même oublié à quoi elle ressemblait. C'est un oublie intentionnel. Il n'en était pas de même pour Niko. Tu n'avais rien oublié d'elle. Son parfum hantait toujours tes journées, il était ancré dans ta voiture et son sourire hantait tes nuits, dès que tu fermais les yeux, tu le voyais. Il te faisait du bien tout en te faisant du mal. Du bien parce qu'il t'avait toujours réchauffé le coeur, du mal parce qu'elle n'était plus à tes côtés pour te l'offrir. Enfin, jusqu'à ce soir. Selon elle, tu as changé. Tu as l'air plus serein. Tu ne l'avais pas remarqué mais tu te dis que c'est parce que tu l'as retrouvé que tu l'es. Tu es rassuré de l'avoir de nouveau en face de toi et tu sais au fond de toi, que plus jamais tu ne laisseras ton oiseau de bonheur s'envoler. Tu ne comptes pas l'enfermer dans une cage dorée mais tu comptes bien l'amadouer, la séduire, l'apprivoiser pour que jamais elle ne souhaite s'envoler. Tu lui expliques finalement ce que tu ne lui as jamais dit, parce que ça ne te semblait pas important, tu lui dis que tu viens d'ici. C'est ta ville. Et elle se retrouver également ici. Pour toi, ça ne peut être un hasard. Tu lui demandes ce qui l'amène ici et tu constates également qu'elle semble lutter contre le vent alors tout en l'écoutant, tu défais ton gilet. Tu laisse glisser la fermeture éclaire jusqu'à ton bas-ventre. Tu enlève ensuite le vêtement et te rapprochant de la blonde, tu dépose celui-ci sur ses épaules. Tu es plus costaud qu'elle, tu en auras moins besoin. Et puis, tu es galant aussi. « je me voyais mal retourner en angleterre pour rentrer dans les bonnes grâces de ma mère. et puis, je n'avais jamais vu la mer. aujourd'hui, je me perdrais dans son immensité tout les jours. » tu écoutes attentivement chacun de ses mots et une question te brûle alors les lèvres  « Et tu comptes rester ici combien de temps ?»  Tu aimerais qu'elle te dise qu'elle est là pour un moment. Tu aimerais savoir que tu pourras profiter de sa présence durant de nombreux jours, de nombreuses heures. Très nombreuses heures. Tu veux te perdre dans ses yeux, te noyer dans l'odeur de ses cheveux, glisser tes doigts sur sa peau pour en sentir la douceur. Alors sans vraiment réfléchir, tu te rapproches d'elle. Ta main se dépose sur sa joue, tu la caresse lentement avec ton pouce. Délicatement, silencieusement. Tu respire lentement mais ton coeur bat un peu plus vite, enfin, tu crois. T'aimerais sentir la douceur de ses lèvres mais tu la connais un peu, tu sais qu'elle n'est pas ce genre de fille. Et tu n'es pas ce genre de mec non plus mais c'est différent avec elle.
Contenu sponsorisé



 Sujets similaires

-
» Je suis étourdie de chercher hi hi hi
» Salut je suis Lucy Heartfilia
» Chez qui je suis cablé
» ou ou je suis la j'ai des probléme moublier pas ^^
» Me suis-je fait avoir?
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 et si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux. (pj)