Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 Norah & Jack - Une nuit agitée

Jack P. Harrisson
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 98
∞ arrivé(e) le : 07/05/2014
∞ Grain de sable : 84

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Mar 13 Mai - 21:10


Une semaine que je suis rentré en Australie, c'est une sensation bizarre, je redécouvre tout. J'entends a nouveau les oiseaux chanté, je profite du soleil et de la lumière du jour, je marche des heures dans la ville sans but précis, je profite de ma liberté tout simplement. Mais la nuit venant, je me retrouve à nouveau seul dans une pièce fermé et dans le noir, l'angoisse monte un peu plus chaque soir. Aujourd'hui j'avais emménagé pour quelques temps chez Norah, mon amie d'enfance, ma meilleure amie. Certain trouve ça bizarre que je ne profite pas plus de ma famille et que je les quitte qu'une semaine après mon retour, mais mes parents m’étouffe, je les comprend, mais je ne supporte pas qu'on me materne et cette compassion qu'ils ont pour moi à longueur de journée, je ne supporte plus tout ça. J'ai donc demandé à Norah si elle pouvait m’héberger quelques temps, le temps que je trouve un emplois et un appartement à moi seul. Elle accepta, alors j'avais donc emménager chez elles, quelques vêtements dans une valise et le tour était joué. C'était donc la première nuit que je passais chez elle. J'avais laisser la lampe de chevet allumé car je ne supportais plus le noir absolue depuis ma détention. Je sors de la douche vers 21h30 et enfile directement un boxer. Comme chaque soir depuis mon retour je passe plusieurs longues minutes à regarder mon corps dans le miroirs, ce corps qui était marqué par plusieurs dizaine de cicatrices en tout genre faites par les coups de ceintures, les coups de fouets, les brulures de cigare, j'en avais partout : sur le torse, le dos, les bras et sur la jambe une grande cicatrice de l'opération qu'on m'avais faite pour ma jambe cassé. Personne n'avait encore vu toutes ces cicatrices, il fait chaud en cet période à Sidney et pourtant je porte des pantalons, et des tee-shirt à manche longue. Je décide d'aller me coucher assez tôt vers 22h, mais le sommeil avait du mal à venir et je réussie à m'endormir que sous les coups de minuit. Vers 1h du matin, je m'agite dans mon sommeil, les draps valser dans tout les sens et je me met à parler dans mon sommeil. - Noooon !! arrêter !! stop .... noooon pas ça !!!! pas ça je vous en suplie ! Noooooooooooon !!! Je hurle littéralement de douleurs, comme si cela était en train de se passer réellement. Je revivais tout simplement ce que les rebelles me faisait vivre, les horreurs qu'ils m'avaient fait subir, les humiliations que j'avais du accepter de force. Quelques larmes coulé le long de mes joues et pourtant je dormais toujours.
Norah T. Roseburry
I AM PROUD TODAY AND TOMORROW
avatar
∞ messages : 411
∞ arrivé(e) le : 02/05/2014
∞ Grain de sable : 301


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1632-norah-if-you-don-
✽ Mar 20 Mai - 20:40

Des cris, c’était ce qui raisonnait depuis plusieurs minutes dans l’appartement. J’eus du mal à savoir d’où cela venait étant complètement endormie et engourdie avant de me rappeler que mon ami Jack était dans la chambre d’amis. Il m’avait demandé de rester pour quelques jours chez moi et je n’avais pas pu lui refuser. Nous avions été très proche dans notre enfance alors qu’il venait chez ses grands parents et je ne pouvais pas faire une croix sur cette relation, je n’avais pas envie de lui fermer la porte après qu’il ait vécu des horreurs à la guerre. Je savais bien que cela n’allait pas être facile pour lui et que cela n’enchantait pas mon frère qu’on l’héberge mais bon je ne lui avais pas réellement laissé le choix et il l’avait accepté à condition que cela ne dure pas plus de deux semaines. J’espérais bien que mon ami allait tenir ce délai car je n’avais réellement aucune envie de voir mon frère le mettre à la porte cela ne ferait qu’envenimer leur rapport et ce n’était pas le but. Des liens négatifs, il avait dû en avoir en pagaille sur le front alors il n’avait pas besoin de ça maintenant qu’il était revenu. Bref, lorsque mon cerveau se mit à tourner dans le bon sens et qu’il comprit que les cris venaient de la chambre d’où dormait Jack, je pris la décision de me lever pour aller le voir. Je ne pouvais pas le laisser dans ce cauchemar dans lequel il avait l’air de vivre, revivre et revivre encore ses souvenirs horribles de la guerre. J’entrai doucement dans la chambre et m’approchai doucement de lui tentant de le réveiller en le faisant bouger un peu d’une main. Je ne voulais pas trop m’approcher, on ne sait jamais comment un somnambule, une personne qui rêve peut réagir et avec le bébé je n’ai que très peu envie qu’il arrive une catastrophe, surtout que Nate ne lui pardonnerait pas.« Jack ! Jack ! Jack réveille toi ! Aller c’est fini ! Jack tu es en sécurité ici. » Ma voix était ferme et assez forte sans trop l’être non plus pour ne pas réveiller mon frère qui dormait dans la pièce d’à côté si les cris ne l’avaient pas déjà tiré de son sommeil. Ma main était plus ferme, plus directe, plus insistante, il fallait qu’il se réveille, qu’il sorte de son mauvais rêve. Ce n’était pas une option pour lui tout d’abord pour lui, pour ne pas revivre ça mais aussi parce qu’il m’était tout bonnement impossible de me rendormir avec lui hurlant dans l’appartement. La journée de demain serait difficile dans tous les cas.
Jack P. Harrisson
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 98
∞ arrivé(e) le : 07/05/2014
∞ Grain de sable : 84

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Lun 2 Juin - 9:17


Au fond de mon sommeil ou tout du moins de mon cauchemars, j'entends une voix qui m’appelait. C'était lointain, mais cela avait arrêter toute la scène qui était autour de moi, comme si on avait appuyé sur pause. La voix s'approche de plus en plus et devient de plus en plus audible. Soudain, mon cerveau comprend que cette voix était réel et que j'étais tout simplement en train de dormir profondément dans une chambre en sécurité loin de cet enfer. J'ouvre les yeux, j'aperçois Norah, je suis gênée qu'elle m'est vu dans cet état. J'étais en tout cas en sueur et mon souffle était court mais rapide, comme si je venais de courir un marathon. - Excuse moi Norah si je t'ai fait peur... désolé... j'ai tellement cru que c'était réel... je revoyait encore parfaitement ces hommes qui me frapper. Je remis la couette sur moi, pour ne pas qu'elle vois mes blessures, j'étais marqué de partout : des traces de brulure de cigare, des coups de fouet, de gros hématome violet qui vont mettre beaucoup de temps à partir, des cicatrices partout sur le torse, le dos et les bras. J'étais sacrément amoché. J'étais terriblement gênée qu'elle ai pu voir ça, personne ne l'avais vu jusqu'à présent, même pas mes parents. Je ne voulais pas qu'on est pitié de moi. - Désolé de t'avoir réveiller, j'espère que je n'ai pas réveiller ton frère... toutes les nuits je refait ces cauchemars, je comprendrais que tu ne veuille plus de moi chez toi, tu doit être crevée. Je suis vraiment désolé. J'attrape un tee shirt près de moi et l'enfile prêt à me lever, pour  les laisser dormir un peu. - Je vais vous laisser dormir, je vais aller marcher pendant ce temps. J'étais vraiment dans une mauvaise posture, je n'aimais pas m'incruster comme cela, mais tant que je ne trouve pas de travail, je ne pourrais pas avoir un appartement à moi seul.
Norah T. Roseburry
I AM PROUD TODAY AND TOMORROW
avatar
∞ messages : 411
∞ arrivé(e) le : 02/05/2014
∞ Grain de sable : 301


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1632-norah-if-you-don-
✽ Mar 3 Juin - 9:26

Jack n'était pas là depuis très longtemps mais je savais qu'il créé déjà la discorde entre mon frère et moi, mon frère préférant que nous restions seuls et se méfiant d'un mec qui a vécu des horreurs à la guerre, et moi assez peste en général mais ayant tout de même le coeur sur la main. J'avais donc accueilli mon ami lorsqu'il m'avait demandé de l'aide, lorsqu'il m'avait demandé de l'héberger et je ne regrettais pas. J'étais fière d'avoir pris une décision par moi même pour une fois. Cependant, je devais bien dire que c'était légèrement bizarre de retrouver quelqu'un que l'on a pas vu depuis longtemps et qui a vécu tant de choses entre temps. J'en ai vécu aussi, j'ai failli mourir et aujourd'hui je suis enceinte mais ce n'est tout de même pas la guerre. Enfin, je pense que ce n'est simplement pas comparable. Moi, mes épreuves ne me faisaient pas faire de cauchemars, ne me réveillaient pas en pleine lui alors que je venais de découvrir que lui s'était le cas, et ce n'était pas la première fois de ce qu'il me disait. « Tu rigoles ? Tu ne vas pas sortir et aller marcher à cette heure ! » Je savais bien qu'il ressentait l'hostilité de mon frère à son égard mais ce n'était tout de même pas une raison pour aller dehors au moindre souci. Il était juste impensable pour moi de le laisser faire que Matthew soit réveillé ou pas. D'ailleurs avec le sommeil de plomb qu'il avait, il était peu possible pour qu'il ait entendu quoique ce soit. « Matthew dort profondément ne t'inquiètes pas ! Sinon il serait déjà venu te dire de la fermer pour ne pas me réveiller comme je dors mal et peu avec la grossesse. » Je connaissais bien mon frère et j'étais sûre que s'il l'avait entendu c'est l'argument qu'il aurait utilisé contre mon ami pour le faire taire. En attendant, il n'était pas là alors il n'y avait aucune raison qu'il quitte l'appartement en pleine nuit. « Tu fais ce genre de cauchemars tout le temps ? Tu as essayé de demander de l'aide à un psy ou je ne sais quoi ? Je suis crevée certes mais ce n'est pas ta faute, mon sommeil était très perturbé même avant que tu arrives ! Mais il faut te faire aider ! Ce n'est pas simple ce que tu as vécu mais tu ne peux pas continuer à vivre ainsi toute ta vie ! »
Jack P. Harrisson
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 98
∞ arrivé(e) le : 07/05/2014
∞ Grain de sable : 84

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Jeu 5 Juin - 8:16


- Je comprend ton frère, tu est enceinte, tu à besoin de repos et si je dois sortir un peu pour que tu dorme je le ferais avec plaisir, marcher dans la nuit ne me fait pas peur et encore moins le froid, j'ai vu pire crois moi. Je me mit en position assise sur le bord du lit à coté de Norah, elle avait elle aussi énormément changer depuis la dernière fois que je l'avais vu et c'était l'été avant mon départ pour l'armée. Elle s'était endurcie, elle était aussi devenue plus froide, mais elle restait mon amie et ça ne changera jamais. Nous parlions assez doucement pour ne pas réveiller son frère, mais sans chuchoter pour autant. -Jamais je n'irais voir un psy, je ne raconterais à personne ce que j'ai vécue, jamais personne ne le saura, enfin... les seuls à le savoir son les autorités australienne, car j'ai était obligé de leur dire tout en détail, mais ça ne se reproduira plus. Personne ne peux comprendre et je n'ai besoin de personne pour régler ça. Ça va passer, ça ne fait que une semaine que je suis revenue, ça prendra du temps. Je me refusais d'aller voir n'importe quel psy à la noie qui ne ferais que hocher la tête à chaque fois que je dis quelques choses et puis ce psy aura pitié de moi comme tout les autres et je ne le supporterais pas. Je suis quelqu'un de fort je peux gérer quelques cauchemars tout seul, j'ai connu bien pire. Norah n'est pas la première à m'en parler, les autorités ont était les premiers à me le proposer, j'ai refuser, ensuite il y à eu ma mère, là aussi j'ai refuser et j'ai même décidé de quitter la maison, puis ma grand-mère et mon frère m'en ont parlé et là encore ma réponse fut négative, je n'ai pas besoin de ça. Je peux très bien m'en sortir seul, comme toujours. - Mais rassure toi, je vais très vite trouver un job, je fait tout pour ça en tout cas. Ce n'est pas simple car je n'ai pas de diplôme et je n'ai plus le droit de faire un métier qui demande d'être tout le temps debout et ce n'est pas avec ma petite pension de l'armée que je peux me prendre un appart' seul. J'avais pourtant très envie d'habiter seul, d'avoir enfin mon autonomie je ne l'avais encore jamais eu, puisque je suis partit très jeune de chez mes parents pour l'armée ou l'ont était dans des chambrés de 4 personnes, puis il y à eu la prise d'otages et me voila revenue chez mes parents que je viens de quitter car bien trop étouffant, pour vivre chez mon amie Norah.
Norah T. Roseburry
I AM PROUD TODAY AND TOMORROW
avatar
∞ messages : 411
∞ arrivé(e) le : 02/05/2014
∞ Grain de sable : 301


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1632-norah-if-you-don-
✽ Jeu 5 Juin - 9:12

J'écoutais attentivement Jack qui se réveillait et se calmait peu à peu à mon grand soulagement. Jamais je n'aurais voulu être à sa place. Il avait surement vécu des choses affreuses. J'étais moi même passée près de la mort mais son histoire était complètement différente et les cicatrices que son corps portait le montrait. Et oui, en entrant dans sa chambre en plein cauchemar il n'avait pas pu les camoufler à tant et j'avais vu un bout de l'horreur qu'il avait subi.« Je me doute que tu as vu pire mais je ne veux pas que tu quittes l'appartement, pas dans cet état. J'irais dormir quand je serais rassurée sur ton état, quand je saurais que ça va aller, enceinte ou pas. » Je ne voulais pas avoir sur la conscience de mettre mon ami à la porte et je n'en avais pas envie, pas du tout même. Et puis j'allais bientôt être en vacances j'aurais donc la faculté en moins, j'aurais donc le temps de me reposer même si je garderais mon travail au cabinet. M'inquiétant pour mon ami, je lui proposais de se faire aider. Pour moi, il devait aller en parler à quelqu'un, c'était obligatoire, il n'avancerait pas sans se libérer de cela même s'il avait du en parler aux autorités. Je n'étais pas médecin mais pour avoir vécu des choses difficiles dans ma vie je savais qu'un psychologue n'avait jamais fait de mal. En effet, même si le psychologue ne servait à rien parfois, il permettait quelque fois de se rendre simplement compte qu'on va bien, qu'on n'a pas besoin d'eux, mais pour s'en rendre compte, encore faut il avoir essayer. « Je ne dis pas que quelqu'un peut comprendre, toi seul sait ce que tu as vécu et comment tu l'as vécu mais ça pourrait t'aider plutôt que de te hanter... » Ma voix était douce et conciliante, je souhaitais réellement l'aider à arranger cela mais j'étais incapable de le faire n'ayant pas les compétences pour. « Et ne t'inquiètes pas pour le job l'appartement et tout, je ne doute pas que tu recherches ! Je suis sûre que tu trouveras vite ! Je l'espère en tout cas je n'ai aucunement envie qu'il y ait un accroc avec mon frère ! Mais je ne veux pas non plus te mettre à la porte... »
Jack P. Harrisson
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 98
∞ arrivé(e) le : 07/05/2014
∞ Grain de sable : 84

Voir le profil de l'utilisateur
✽ Lun 9 Juin - 11:51


Je regarde mon amie, puis je soupire légèrement. Pourquoi tout ceux que j'aime veulent absolument que j'aille voir un psy, toute ma famille m'en parle et maintenant Norah... ils ont peut-être raison, je ne sais pas mais pour moi il est hors de question de raconter tout ça à quelqu'un, même à une inconnue. En reparler serait pire que tout, je suis certain que ça aurait l'effet inverse sur moi et puis de toute façon je suis quelqu’un de têtue, voir borné, donc si je n'ai pas envie d'écouter mes proches, je ne le ferais pas, même si ça partait d'une bonne intention de leurs part. - Non... je n'irais pas voir un psy , jamais. Tu n'est pas la seule à m'en parler, mais c'est non. Mes cauchemars finiront par partir petit à petit. Je pose mon regard sur le ventre de mon amie, je ne lui avait même pas encore poser de  question sur son bébé. je sourie légèrement, je voulais aussi changer de conversation. Je ne savais rien d'elle durant ces dernières années, j'étais tellement occuper par mes problèmes que je n'avais pas penser à Norah une seule fois, je m'en voulait terriblement, elle m’accueillait chez elle, au risque d’énerver son frère et moi en remerciement je ne m’intéresse pas un minimum à elle. Je suis parfois un parfait goujat, je me disais. - Et toi alors ? Tu va bien ? le bébé va bien ? comment s'est arrivé ? enfin... je veux dire... tu n'est pas avec le père, si ? Raconte moi un peu ce qui s'est passé pour toi depuis le temps qu'on ne s’était pas vu. Tu m'avais manqué, je suis content que tu sois venue habiter en Australie. On se vois plus souvent comme ça. Mais cet été je vais devoir retourner quelques semaines à New York, ils m'attendent avec impatience là bas. Surtout mes grand-parents. En effet j'étais très proche de mes grand-parents maternel, qui vivait à New York et ils m'attendait comme le messie là bas, ce qui me faisait rire j'avoue.
Contenu sponsorisé



 Sujets similaires

-
» travailler de nuit!!!!
» La Maison de la Nuit-->Ecole de Vampires, intrigue et meurtres...
» Télécharger depuis 01net nuit gravement à la santé des PC
» june ; après la nuit avant le jour j'irai chercher les hautes lumières
» artlantis 6 rendu nuit
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 Norah & Jack - Une nuit agitée