Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 we'll be on the road writing memories – ZOLLEEN.

Colleen A. Blackstock
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 316
∞ arrivé(e) le : 18/03/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1148-colleen-i-m-a-sis
✽ Sam 29 Mar - 21:05

    « T'es sur qu'elle est bien attachée, hein ? » questionnais-je mon compatriote de voyage alors que je jetais un coup d’œil à notre petite Billie dans le rétroviseur. Attachée bizarrement sur son siège arrière j'avais peur que la pauvre petite y laisse des épines. Je reportais mon attention sur la route, je ne tenais pas spécialement à créer un accident quelconque … déjà que ça ne me rassurait pas de conduire de nuit -bah oui hein, hors de Sydney si un kangourou surgissait de nul part il allait pas me foutre les pleins phares le coco!-. « Zac ? » Pas de réponse. « Oh Zac, allô la terre ici la lune ! » Toujours pas de réponse, il avait clamsé sur son siège ou quoi ? Je me résignais à détacher mon regard de la route à nouveau – qu'on se le dise, s'il nous arrivait quelque chose il l'aurait sur la conscience! -. Du côté passager Zachary dormait paisiblement. Je soupirais excédée, non non pas de lui, de moi, j'aurai du m'en douter ça allait quand même faire quatre ans que j'avais une marmotte en guise de colocataire. Temps d'hibernation ? 365 jours par an. A la réflexion, Zac serait plutôt le résultat réussi de l'accouplement d'une marmotte et d'un paresseux. Oui, c'est ça. Un hybride d'un nouveau genre. J'agitais légèrement la tête en signe de mécontentement. Désolée mon petit, je sais bien que tu as travaillé toute la journée aujourd'hui mais y'a pas moyen que tu me laisses seule au commande pour le reste de la nuit sinon j'allais moi-même finir par m'endormir.

    Un petit sourire malicieux en coin, mon idée était déjà toute tracée pour le faire chier. Ready ? Deux secondes plus tard j'avais monté le volume de l'auto-radio à son maximum. Le dernier hit de Pharrell Williams résonnait dans tout l'habitat, et bien entendu je l'accompagnais à plein poumons « BECAUSE I'M HAPPYYYYYYYY ! CLAP ALONG IF YOU KNOW WHAT HAPPINESS IS TO YOU! » Je m'amusais à imiter le mouvement en tapant sur la volant d'une main. Un p'tit coup d’œil en biais, l'ours s’apprêtait à sortir de sa tanière … et un grand sourire de winneuse se dessinait sur mon minois. Colleen 1 – l'hybride 0. « Oh excuse-moi, je t'ai réveillé ? » Lançais-je toute guillerette au British. « Huuuuh, on s'entend pas ici. Bien dormi ? » Aussitôt dit, aussitôt fait, je réduis le Williams à un murmure. « Rho fait pas cette tête mon p'tit bouchon. Pharrell t'a troublé au milieu d'un joli rêve ou quoi ? Qu'est ce qu'il peut être chiant ce type parfois … Mais bon, be happy, on doit encore avoir quatre bonnes heures à partager ensemble. Et je t'interdis de te rendormir ! » Je le menaçais rapidos en le montrant du doigt … comme si j'étais du genre intimidante ! Quoique … femme au volant … mort au tournant ? C'est pas ça qui se dit ? Bref, c'était pas le sujet.

    « Rassure moi, tu as bien attaché Billie, hein ? Je m'inquiète elle tangue pas mal depuis qu'on est parti … Je voudrais pas que notre bébé soit malade en voiture... » Laissant échapper quelque éclats de rire face à ma connerie, je jetais malgré tout un nouveau coup d’œil plein de tendresse à notre petit bébé. En vérité … Billie est un cactus. Vous pouvez bien rire mais je ne tenais pas à ce que son pot se vide de toute sa terre -et en plus on parie que ça allait être encore à bibi de nettoyer la bagnole après ça?!-. « Oh et t'as pas oublié de prendre l'appareil photo hein ?! Faut qu'on continue l'histoire des aventures de Billie ! » Oui, Billie était au centre de ma vie, OUI UN CACTUS ETAIT AU CENTRE DE MA VIE , ET ALORS ?! Billie c'était comme Martine. Billie à la plage, Billie à la campagne, Billie apprend à faire du skate … Ce week-end Billie fait du camping avec papa et maman, et ça promettait d'être épique. Cela faisait déjà quelques semaines qu'on avait prévu notre petit road-trip. J'avais émis l'idée d'aller à Uluru's Rock dans un premier temps mais bizarrement les quarante heures de voiture ne semblait pas emballer Zac plus que ça … je me demande bien pourquoi! Ha ! Du coup, nous avions revu nos plans et notre dévolu c'était jeté sur la cambrousse à quelques heures de Sydney, ça allait cool -sauf si Zac avait oublié la toile de tente parce que je ne tiens pas à me faire bouffer par un wombat enragé et encore moins par un ornithorynque un peu trop aventureux. Rien que cette idée me faisait frissonner, j'avais beau être aventurière dans l'âme y'avait tout de même des limites. « Bon puisque tu es condamné à rester éveillé … on fait un jeu ?! » Comme s'il avait le choix … Je trépignais déjà d'impatience sur mon siège.
Zachary Davenport
Administrateur
avatar
∞ messages : 656
∞ arrivé(e) le : 18/03/2014
∞ Grain de sable : 43


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1147-zachary-seddick-i
✽ Jeu 10 Avr - 11:02


La fatigue est à son comble. Faut dire que la journée n’a pas été de tout repos. Christopher, manager du Starbucks coffee de York Street a tenu à ce que son café soit nettoyé de fond en comble. Pour cela, il n’a pas hésité à fermer le café et à nous payer des heures supplémentaires. Une aubaine pour moi qui a toujours quelques difficultés à boucler les fins de mois. Du coup, je me suis donné à fond (pas trop non plus histoire de ne pas finir trop vite non plus, surtout quand on est payé à l’heure). Entre deux pauses cigarette, je sortais les tonnes de cartons vides entreposés dans la réserve, nettoyais tout ce qu’il y avait à nettoyer et virais les quelques clients mécontents qui exigeaient leur dose de caféine et ce, malgré la fermeture. Une journée magique qui a fini par se terminer deux heures après l’heure prévue. Deux heures passées à rassurer Colleen qui craignait que je lui pose un lapin, deux heures à m’activer comme un fou furieux pour ne pas la décevoir. Le résultat est donc sans appel : je suis crevé, mort, à plat…

Confortablement installé à la place du mort, je me laisse donc  aller à rêvasser. La fraîcheur de la nuit qui s’infiltre dans l’habitacle a tendance à me calmer les nerfs. Ça et les ronronnements du moteur, il ne m’en faut pas plus pour sombrer. Sombrer dans un sommeil bien lourd et foutrement réparateur. J’aurais pu rester là pendant des heures à ronfler comme le gros dormeur que j’ai toujours été. Attention, ceci est une image. J’ai beau être une grosse feignasse, je n’ai jamais ronflé de ma vie. Dieu merci. Enfin, tout ça pour dire que j’aurais bien aimé pouvoir dormir une heure, voire plusieurs mois. Mais c’est sans compter cette chère Colleen et son besoin maladif d’attention.

De base, je n’ai jamais été du genre à me réveiller pour un rien. La musique, aussi bruyante puisse-t-elle être, a tendance à m’endormir et non pas à me réveiller. J’aurais très bien pu rester au pays de Morphée si Colleen ne s’était pas mise à chanter. J’ai beau aimer cette fille, elle n’a rien d’une chanteuse, loin de là ! Comprenez bien que je ne suis pas du genre agréable au réveil. Le sommeil c’est important et je n’ai jamais aimé en être privé. Mais c’est de Colleen qu’il s’agit ; Du coup, je prends sur moi et je garde pour moi cette irrésistible envie de lui faire traverser le parebrise. Légèrement grognon – qui ne le serait pas – je m’étire tout en baillant : « Bloooody Heell…. » En regardant tout autour de moi, je remarque que tout est noir. Sydney est loin derrière nous tout comme la civilisation. J’ai toujours aimé camper  mais j’avoue avoir du mal à laisser derrière moi écrans et surtout : machine à café. « Rho fait pas cette tête mon p'tit bouchon. Pharrell t'a troublé au milieu d'un joli rêve ou quoi ? Qu'est ce qu'il peut être chiant ce type parfois … Mais bon, be happy, on doit encore avoir quatre bonnes heures à partager ensemble. Et je t'interdis de te rendormir ! » Je souris. Elle cherche la merde, elle va la trouver. Frustré de ne pas pouvoir dormir, je me tortille sur mon siège pour faciliter l’accès à la poche de mon jean. J’en sors un paquet de clope et un briquet. Ni une ni deux, la clope est allumée et j’en tire une bonne bouffée. Je sais que Colleen n’est pas spécialement fan, mais rien à faire. Elle me prive de mon sommeil, je la prive de son oxygène ! Histoire de ne pas la laisser crever, je décide d’ouvrir légèrement la fenêtre. « Rassure moi, tu as bien attaché Billie, hein ? Je m'inquiète elle tangue pas mal depuis qu'on est parti … Je voudrais pas que notre bébé soit malade en voiture... Oh et t'as pas oublié de prendre l'appareil photo hein ?! Faut qu'on continue l'histoire des aventures de Billie ! » Curieux, je jette un coup d’œil au bébé cactus qui tangue sur son siège bien trop grand. « T’inquiète, elle est à l’aise, et non je n’ai rien oublié. Je suis pas comme toi, moi… » Comprendre par-là : j’ai beau être bordélique comme garçon, dieu m’a fourni d’un cerveau alors arrête de faire la grande et contente toi de conduire.

« Bon puisque tu es condamné à rester éveillé … on fait un jeu ?! » Là, je commence à avoir peur. M’aurait-elle pris pour l’une de ses copines ? Et puis de toute façon, à quoi est-ce qu’on pourrait jouer alors qu’on est au milieu de nulle part. Conséquence ou vérité ? Hors de question. J’ai trop de trucs à cacher, surtout à elle. Une idée me vient finalement à l’esprit et me fait sourire. « Et si on jouait au roi du silence ? Genre pendant une heure ou deux plus personne parle… » … et tout le monde me laisse dormir. Pitié !

_________________

Zachena ♫ I'll be your light, your match, your burning sun. I'll be this guy, this guy speaking your name. I got my mind made up and I can't let go. I'm killing every second 'til it sees my soul. I'll be running, I'll be running, 'til the love runs out, 'til the love runs out. And we'll start a fire, and we'll shut it down, 'til the love runs out, 'til the love runs out.
Colleen A. Blackstock
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 316
∞ arrivé(e) le : 18/03/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1148-colleen-i-m-a-sis
✽ Dim 27 Avr - 16:04

    Qu’on se le dise je n’avais jamais été du genre silencieuse, bien calme à m’occuper de mes petites affaires dans mon coin… alors imaginez juste deux secondes que pouvait être le calvaire pour moi de quatre voir cinq heures de route en tête avec moi-même et les quelques kangourous assez aventureux pour traverser d’un bond la deux voies. Je vous aide, ça se résumait à un véritable supplice et source d’emmerdement profond. Qu’est-ce qu’il croyait Zac ? Que j’avais rien foutu de ma journée alors que je n’avais pas moi non plus le droit à quelques heures de sommeil pendant que l’autre était derrière le volant ? Tsss. J’avais peut-être pas de job pour le moment mais j’avais fait marché ma matière grise toute la journée… Ah les joies de la fac ! Et je suis désolée mais étudier en vu des examens était tout aussi crevant que de laver une machine à café. Non mais ! Préjugé ! Résignée, je ne le laisserai pas me faire ça. Non, non, non mon p'tit monsieur. Mais autant réveiller la bête en douceur -ahem- si je ne tenais pas à ce qu'il me fasse la peau, et de bonne humeur par dessus le marché ! Alors quand Pharrell passa à la radio … c'était presque inespéré.

    Et oh oui que j'étais « happy » de le réveiller -ou alors c'était tout simplement le fait d'emmerder Zachary gentiment qui me mettait de bonne humeur ? Ça marchait aussi. Bref. Il poussa un juron, je souris ravie du dénouement de ma petite supercherie. « Tu vas surveiller ton langage oui ? » Je ne craignais pas pour mes petites oreilles bien entendu mais pour celle de Billie, pauvre enfant … avec des parents pareils elle n'était pas aidée. Je lâchais un léger soupire. M'amusant à jeter des petits coups d’œil à la marmotte qui sortait de sa période d'hibernation -tout en restant concentrée (enfin, j'essayais un maximum) sur la route, ça va d'soi!-, mon petit palpitant était rassuré de ne pas voir sa mort prochaine et soudaine pour cause d'étranglement ou autre réjouissance du genre. Je prenais le sourire du British comme un signe encourageant, il n'était peut-être pas aussi crevé que ça au final alors oui, je me permettais de lui interdire de se rendormir durant les prochaines heures de route. Je lui aurai bien passer le volant mais ma petite voix intérieur m'indiquait que ce ne serait pas forcément une bonne idée de laisser un paresseux au volant -inutile de préciser que je tenais un minimum à ma vie, bon et à la sienne aussi.

    Bref. Penser que la réveil de sa majesté serait sans embûche était une erreur naïve de ma part … Parfois j'oublie que les mecs aussi pouvaient avoir un peu de jugeote. La marmotte se tortille étrangement dans son siège … et puisque je n'avais pas de réponse, ma première pensée était qu'il cherchait une nouvelle position pour retomber dans les bras de ce cher Morphée. Foutaise ! Le paquet de clopes dans mon champ de vision ...  « Non, non, non, range moi ça ! » Lâchant le volant d'une main, je tentais en vain de choper le fameux paquet avant que monsieur ne s'adonne à sa deuxième activité favorite -dormir étant la première … mh finalement j'aurai peut-être pas dû le réveiller … si?- … en vain. Fière de lui, monsieur allume sa clope « P'tain Zac, t'abuse ! » Je lui lance un regard noir illustrant mon propos style si je pouvais je t'étranglerai là de suite maintenant à la manière d'Homer Simpson. J'avais horreur des clopes, ces p'tits trucs étaient des machines à tuer. Et même s'il prenait la peine d'ouvrir d'un chouïa sa fenêtre … ça ne le pardonnait pas de ces petites secondes de ma vie qu'il m'ôtait … MEURTRIER ! En contre-partie, j'ouvris ma fenêtre en grand, tant pis si on se les gèle et qu'on s'attrape une pneumonie, il l'aura sur la conscience, voilà. Mais bon, Zac était Zac et c'était dur voir impossible de lui en vouloir. Allez Colleen prend ton mal en patience dans cinq minutes l'autre zigoto aura fini sa clope et tout rentrera dans l'ordre.

    Inspire, expire, pense à autre chose … Billie ! Oui, j'étais toujours préoccupée par la sécurité de mon petit cactus chéri … d'autant plus quand c'était Zac lui-même qui l'avait attaché bizarrement. C'est pas que je n'ai pas confiance en lui mais tout de même … Au moins il n'avait pas oublié l'appareil photo c'était déjà ça, en espérant qu'il n'ait pas oublié non plus de le recharger ou de prendre la carte mémoire. Ahem. « Gnia gnia gnia » Réponse digne d'une gamine de trois ans, et alors ?! Je me repris « C'est vrai ça, j'aurai très bien pu oublier de faire une thermos de café hein » Non, je ne suis pas du genre succeptible. « Regarde dans le sac derrière mon siège, y'a de quoi grignoter » sous-entendu je commence aussi à avoir un petit creux, partage. Et y'a pas que la bouffe qui maintient éveillée … les papotages aussi -c'est bien connu, les filles sont des pipelettes averties-. Mais bon au bout de je ne sais plus combien de mois de colocation, je ne sais pas ce que je pouvais apprendre de plus sur mon voisin alors bon parler de la pluie et du beau temps ça va cinq minutes ! Autant se marrer, et j'étais sure de garder Zac éveillé -enfin presque-. Jouer au roi du silence ? Mais quel rabat-joie ce type ! « Sérieusement ? Tsss t'es un roi de pacotille ouais ! » Je levais les yeux au ciel. « T'as pas plus drôle comme blague ? J'sais pas moi, qui est-ce, blind test, ni oui ni non... Y'a l'choix ! Allez Zac, s'te plaiiiiit » yeux de chien battu en l'espace de deux secondes – la route Colleen, LA ROUTE!. « Sinon j'te jure qu'on fera tente à part... et inutile de te préciser qui dormira à la belle étoile ! » parce que moi je suis une princesse alors je dormirais pas parmi les insectes !
Zachary Davenport
Administrateur
avatar
∞ messages : 656
∞ arrivé(e) le : 18/03/2014
∞ Grain de sable : 43


What's up kangaroo ?
∞ disponibilité
∞ links:

∞ je suis: présent(e)
Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1147-zachary-seddick-i
✽ Jeu 8 Mai - 9:38

La route continue de défiler sous les roues de la bagnole. Mal à l’aise sur mon siège, je tire sur ma clope comme un forcené. C’est ça ou me rendormir. Et je suis persuadé que Colleen ne me laissera pas me rendormir aussi facilement. Cette meuf est tenace et sait ce qu’elle veut. Demandez donc à ses profs qui doivent s’arracher les cheveux dès qu’elle se met à parler de ses aborigènes. Alors certes, je comprends qu’elle tienne à rendre à César ce qui appartient à César mais Colleen est du genre passionnée et peut facilement vous tuer d’ennuie en quelques secondes. Genre un peu comme Ross dans Friends ; La meuf parle sans cesse de ça, et pour pas la vexer, tu fais genre tu comprends parfaitement ce qu’elle raconte. C’est du moins ce que moi je fais. Essentiellement parce que je trouve que ça lui donne un côté sexy. Surement un délire de futur prof d’Histoire… parce que je suis persuadé qu’Austin aimerait bien la bâillonner de temps en temps. Après, il ne faut pas oublier que je ne suis pas impartial dans cette histoire. Colleen aurait très bien pu être fan d’un boys band, que je lui aurais trouvé des excuses. Après, je n’ai rien contre les boys bands… moi aussi je suis capable de chanter le refrain de « She Looks So Perfect » ; c’est juste que j’évite de le dire à tout le monde. Surtout que cette chanson me fait essentiellement penser à elle. Bloody Hell, j’ai honte.

« Gnia gnia gnia » Oui, je craque pour une gamine de quatre ans. Mais qui suis-je pour juger ? Quelques fois j’ai l’impression d’avoir l’âge mental d’un ado pré pubère alors bon. « C'est vrai ça, j'aurai très bien pu oublier de faire une thermos de café hein. Regarde dans le sac derrière mon siège, y'a de quoi grignoter »  En voilà une bonne idée ! Combler mon manque de sommeil avec des clopes et de la bouffe, cette fille sait y faire avec moi ! Bon on repassera pour le côté « Je suis anti-clope » ; Sérieusement meuf, on a qu’une vie, ce n’est pas pour la passer à attendre la mort sagement. Défoule-toi, amuse-toi, embrasse-moi…  Quand je disais que j’avais l’âge mental d’un gamin pré pubère ; mesdames et messieurs voici l’amoureux transit et ses fantasmes à deux balles ! « Purée, je crève la dalle… »  Charmant, élégant : tout moi. Je me tortille à nouveau sur mon siège en essayant d’attraper le sac en question. J’aurais facilement pu l’atteindre en retirant ma ceinture de sécurité mais comment dire… C’est Colleen au volant et je tiens à ma vie. C’est pas qu’elle ne sait pas conduire mais presque.

A l’intérieur, tout et n’importe quoi. Rien de sain par contre. J’ai beau être un gros mangeur, je ne raffole pas tellement des trucs cent pour cent plein d’huile. Mais pas de problème, je ferai avec. Trop occupé à penser à mon manque de sommeil, je ne me suis même pas rendu compte à quel point mon estomac est vide. Tout en jetant de furtifs coup d’œil à la route, je fouille le sac et sort ce qui m’intéresse le plus : Chocolat et café - qui pour un café gourmand spécial camping ? Quoi de mieux qu’un café-chocolat-clope au réveil ? Rien. Bon, il y a bien les câlins matinaux mais je me vois mal en demander à Colleen. Le sujet revient finalement sur l’ennuie de mademoiselle Blackstock et je sors l’idée du roi du silence qui ne semble pas réellement lui plaire.  Un blind-test ? Et on s’y prend comment au juste ? On met la radio et on prie pour que les animateurs ne balancent pas les noms ? C’est débile… et pas question de chanter. On a beau dire que je me débrouille bien, je n’aime pas ça… et puis Colleen n’est pas super douée alors autant éviter. Je ne voudrais pas venir à confondre Iggy Azalea et Kylie Minogue par sa faute.

« Sinon j'te jure qu'on fera tente à part... et inutile de te préciser qui dormira à la belle étoile ! »  Ca par contre, ça ne me plait que moyennement. Ce n’est pas que dormir avec elle m’arrange mais un peu quand même. Tout le monde sait que je suis du genre collant quand je dors, c’est une excuse en or pour avoir droit à des câlins gratuit. Oui je fais pitié et alors ? On fait comme on peut. Je suis presque sûr que Colleen ne ressent pas ce que je ressens et je n’ai aucune envie d’être envoyé sur les roses. «  Ok, détends-toi Cruella ! »  je souris. J’aime l’emmerder. C’est ma façon à moi de traduire mes sentiments. Un peu comme les gamins en primaire qui passent leur temps à faire chier les filles auquel ils s’intéressent. Si toi aussi tu as pitié de moi tape dans tes mains. Clap clap. « Bon ok… alors devinette. Je suis casse-pied, j’ai beaucoup de mal à rester seule avec moi-même et je ne sais pas rester une heure sans ouvrir la bouche… Je suis, je suis ? »  Mon sourire s’étire un peu plus. Je suis du genre moqueur mais je ne suis pas méchant. J’aime faire chier mon monde avec humour et faut dire que je n’ai aucune autre idée en tête. Sérieusement, à part se faire les ongles et parler cul, elles font quoi les filles pendant leurs pyjamas parties ? Bataille de polochon ? Si seulement ! Je trouve ça affreusement sexy, une bande de filles en pyjama qui se battent avec des polochons… Tirage de cigarette, j’en ai besoin.

_________________

Zachena ♫ I'll be your light, your match, your burning sun. I'll be this guy, this guy speaking your name. I got my mind made up and I can't let go. I'm killing every second 'til it sees my soul. I'll be running, I'll be running, 'til the love runs out, 'til the love runs out. And we'll start a fire, and we'll shut it down, 'til the love runs out, 'til the love runs out.
Colleen A. Blackstock
ANGRY PEOPLE ARE NOT WISE
avatar
∞ messages : 316
∞ arrivé(e) le : 18/03/2014
∞ Grain de sable : 0

Voir le profil de l'utilisateur http://peoplearekangaroos.forumactif.org/t1148-colleen-i-m-a-sis
✽ Mar 27 Mai - 21:04

    J'aurai les moyens je me payerai sans aucun doute un aller-retour au Mexique ou une autre destination de rêve similaire pour fêter le Spring Break dignement. Ah si j'étais riche... Cependant dire que je devais me « contenter » de rester sur le continent Australien, d'une fête ici et là et d'un week-end dans la cambrousse avec Zac serait pousser mémé dans les orties. Ça me convenait parfaitement enfaite. J'avais toujours tendance à me dire que des centaines n'avaient même pas cette chance... mes petits aborigènes chéris par exemple. Bon faut dire aussi que ce n'était pas du tout dans leurs coutumes mais bon... ça n'empêchait pas que la majorité d'entre eux ne voyaient pas plus loin que le bout de leur réserve. Alors oui, j'étais déjà chanceuse d'avoir tout ça, ces quelques jours avec Zac même s'il semblait vouloir me tuer à petit feu en m’asphyxiant. En espérant qu'il ne se rendorme pas accessoirement. Il était donc grand temps d'activer le plan B avant que monsieur ne se descende tout son paquet de clopes : la bouffe. Et il avait de la chance que la gamine de trois ans qui lui servait de colocataire ne soit pas contenter d'emporter des petits pots. Non j'étais attentionnée MOI monsieur jusqu'à embarquer une thermos de café, si c'est pas de l'amour ça … c'est tout comme ! Note bien ça mon petit, je te nourris et t'abreuve alors que toi tu réduis ma minable espérance de vie. Je devrais garder mes réserves pour moi tiens quitte à ressembler à un hamster ou à nourrir les kangourous errants. Tsss, ma bonté me perdra.

    « Avoue, tu serai perdu sans moi » le charriais-je. D'accord il avait pensé à l'appareil photo, à bien attacher Billie et ses clopes – sadly – mais alors la bouffe hein … ! Je préférai encore bouffer des trucs chimiques que d'aller chasser avec mon p'tit gabarie. Quoi que … un week-end à la Koh Lanta ça pourrait être fun genre dans la peau des premiers aborigènes, c'était à méditer. Je jette un coup d’œil furtif au contorsionniste à côté de moi puis attend silencieusement. L'autruche sort enfin sa tête du sable et ouvre d'un coup de bec son butin... et moi j'peux me brosser ou … ? C'est moi qui ait payé tout de même ! « Partage pas surtout hein » non, je ne suis pas rabais-joie pour le moins du monde, juste altruiste – contrairement au British, il est comme 'Joey pas partager son manger' ou bien ? M'enfin même avec un bon taux de sucre dans le sang grâce à toutes ces cochonneries, il me fallait bien autre chose pour aiguailler ce voyage … un jeu ! Pas question pour Zac de retourner faire dodo alors je lui dressais une liste des multiples possibilités. Faut pas croire, c'est pas parce qu'on est en bagnole qu'il n'y a rien à faire. Et encore j'étais gentille, j'aurai très bien pu blablater sur les derniers potins de nos amis les stars mais je crois que si je lui rabâchais une nouvelle fois que Kelly Clarkson attendait son premier enfant, une fille qui plus est, il me couperait la tête et l'exposerait sur un piquet dans l'entrée dans l'appart style porte manteau. Qu'est ce que j'y pouvais moi si j'étais une groupie hein ? Ooooh je sais... je pouvais toujours lui proposer de parier sur le prénom potentiel de la gamine ? Mh non même si ça m'enchantais, j'pense que j'avais déjà du assez le faire chier durant les dix dernières minutes. Mais je gardais l'idée en tête, on sait jamais.

    Bref. Si jamais il pensait y échapper, le Davenport avait tord - golden rule: j'ai toujours le dernier mot. Et ce, quitte à le menacer de faire tente à part et puisqu'on en avait qu'une... inutile de lui faire un dessin de qui dormirait dehors. Il abdiquait. Thank God ! Parce qu'on se le dise quand même, j'aurai eu trop pitié de lui pour lui faire passer une nuit entière à la belle étoile - juste quelques heures en somme. Je souris fière de moi et même le fait qu'il me surnomme Cruella n'atteint pas mes zygomatiques. Il voulait jouer aux devinettes ? Bien, ça me convenait, je prenais ce qu'il daignait me donner de toute façon. Et puis les devinettes c'est fun, je suis un peu comme Monica dans Friends winneuse dans l'âme, j'allais avoir réponse à tout à coup sur. Mains fermement accrochées au volant, je me concentrais sur la première énigme. J’ingérais chaque détail, me les répétais une fois dans ma caboche ... « Hééééééééééééééééé ! » cri de complainte bonjour. « Je suis pas casse-pied d'abord ! T'es juste ronchon parce que t'as pas tes heures de sommeil. » Je lui tirais la langue en signe de protestation. Il ne fallait pas renverser les rôles non mais ! C'était un comble ça. Allez Colleen, garde un chouia de dignité malgré tes réactions de gamine de trois ans. « Très bien » Jouons mon petit, jouons. « Je mange comme quatre, je suis une espèce hors du commun, un croisement exceptionnel entre un paresseux et une marmotte bien que je ne mette pas le chocolat dans le papier d'alu, je suis aussi tacheté de partout tel un dalmatien et ça tombe plutôt bien parce qu'apparemment je cohabite avec Cruella qui me tient en laisse, je suiiiiiiiis ... » Voilà, ce n'était qu'un juste retour de manivelle. Toute fière de moi à nouveau je me tournais vers lui deux secondes « Bam and BAAAAM ! »

    Faut pas croire, je suis peut-être une petite tête blonde mais y'en a là-dedans ! Tu te crois malin ? Tu as trouvé ton maitre Zachary Seddick Davenport. « Et puis tu sais t'y vas un peu vite en besogne, si je ne sais pas rester en tête à tête avec moi-même c'est sans doute parce que j'me suis habituée à t'avoir dans mes pattes ! » Je ris. « Comme si t'étais mon bras droit quoi ... ou que j'avais qu'une chaussure ! Tu vois ce que je veux dire ? » Je ris de plus belle. Je trouvais la comparaison plutôt drôle. Et puis bon faut l'avouer, c'était vrai que je m'étais habituée à la présence de Zac depuis le temps. Ça me ferait tout bizarre le jour où l'un de nous deux quitterait l'appartement pour x raison ... aaah grandir, comme c'est cruel ! « Oui, non ? Oh ouiiiiii tiens, et si on faisait un ni oui ni non ?! » comment sauter du coq à l'âne en une leçon par Colleen, tout un art. « Ou non je sais ! T'sais le jeu où tu dois choisir entre deux choses le plus vite possible sans réfléchir, comme Joey et Chandler dans Friends quand ils vont à Vegas ! » Putain, qu'est ce que je pouvais être fière de mes idées parfois. « Genre si j'te dis Colleen avec un ou deux L, tu me réponds ... » Je le menaçais du doigt en me fendant la poire « Et fait gaffe à ce que tu réponds sinon tu pourrais bien te retrouver miraculeusement sur le bord de la route ! »
Contenu sponsorisé



 Sujets similaires

-
» Road trip
» Question sur le road book moto
» Road book papier
» Telecharger le logiciel ROAD TECH HD sur Zumo 660LM
» Création Road book avec Basecamp [Résolu]
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet

 we'll be on the road writing memories – ZOLLEEN.